Nauru dénonce « l’ingérence » de la Nouvelle-Zélande

    samedi 5 septembre 2015

    Une décision « malavisée », qui « porte atteinte à la souveraineté » de Nauru. Le gouvernement de Baron Waqa dénonce ainsi la suspension de l’aide de la Nouvelle-Zélande.
    Wellington a annoncé hier que le soutien financier apporté au secteur judiciaire était mis sur pause en raison des dérives antidémocratiques observées dans l’île depuis plusieurs mois.
    Pour le ministre de la Justice de Nauru, David Adeang, cette décision néo-zélandaise est « fondée sur des informations erronées du député de l’opposition Roland Kun et de sa femme, qui ont fait du lobbying auprès du gouvernement kiwi ». Suggérer que le système judiciaire de Nauru n’est pas indépendant est totalement faux, ajoute David Adeang.
    Nauru peut toujours compter sur les autres aides néo-zélandaises, certes plus modestes. L’île continue surtout d’être soutenue par l’Australie. Dans un communiqué, la ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, assure que « l’aide à Nauru n’est pas menacée ». Elle dit avoir reçu des garanties du président nauruan, Baron Waqa ; le droit est respecté, lui a-t-il affirmé. Concernant les accusations portées à l’encontre de la grande majorité des députés de l’opposition, « la procédure judiciaire suit son cours », note Julie Bishop.
    L’aide de l’Australie bénéficie aux secteurs de la santé, de l’éducation et de la gestion du secteur public. Nauru héberge, par ailleurs, un centre de rétention pour le compte de Canberra.
    Pour le moment, donc, seule la Nouvelle-Zélande hausse officiellement le ton. Mais prendre une telle décision quelques jours avant le sommet annuel du Forum des îles du Pacifique n’est pas anodin, comme le souligne l’analyste politique Tess Newton-Cain : « Le problème a été soulevé lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de la région à Sydney, plus tôt dans l’année. J’avais dit à l’époque que les pays membres du Forum s’attendaient à recevoir davantage d’assurances de la part de Nauru lors du sommet à Port-Moresby. Cette décision de la Nouvelle-Zélande indique clairement que ce sera l’un des grands sujets débattus la semaine prochaine. Ça ne figurera peut-être pas à l’ordre du jour officiel, mais le sujet sera sans aucun doute intensément discuté lors des rencontres informelles. »
    Fin juillet, la secrétaire-général du Forum du Pacifique, Dame Meg Taylor, a rencontré le gouvernement et les députés de l’opposition de Nauru. Elle avait alors rejeté toute idée d’intervention.
     
    Radio Australia

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete