Nauru : l’opposition a fait part de ses inquiétudes à la directrice du Forum du Pacifique

    jeudi 30 juillet 2015

    Allait-elle les voir ? Jusqu’à hier, la réponse à cette question n’était pas claire. Finalement, la secrétaire-général du Forum du Pacifique, Dame Meg Taylor, en visite à Nauru, a bien rencontré les députés de l’opposition.
    À la réunion officielle, le gouvernement nauruan n’avait pourtant invité que les trois députés de l’opposition encore admis à siéger au Parlement. Les cinq autres représentants de l’opposition, suspendus depuis plus d’un an, n’avaient pas été conviés. Mais Dame Meg Taylor a pris le temps le temps de s’entretenir avec eux, rapporte l’un de ces députés, Roland Kun : « La secrétaire-générale du Forum nous a gentiment invités à la rencontrer. On lui a surtout parlé de ce qui est le principal problème, pour nous : la crise à laquelle on fait face en ce moment à Nauru, avec les manquements à l’égard de l’État de droit, la détérioration de la démocratie. On a aussi pu lui faire part de nos difficultés à nous défendre dans les diverses procédures engagées contre nous par le gouvernement de Nauru. » Roland Kun est privé de passeport depuis plus d’un mois. Il ne peut donc pas quitter Nauru pour rejoindre la Nouvelle-Zélande, où vit sa famille. Trois autres députés sont accusés de vouloir déstabiliser le gouvernement ; ils avaient pris part à une manifestation devant le Parlement, le mois dernier.
    La secrétaire-général du Forum les a surtout écoutés lors de cet entretien à Nauru, elle ne s’est pas beaucoup exprimé, rapporte Roland Kun. Dame Meg Taylor se montre, en effet, très diplomate : elle rejette toute intervention. « Ça doit être réglé à Nauru. Ce sont les gens de Nauru qui doivent y travailler et j’espère que les conversations que j’ai eu avec les dirigeants permettront d’inciter à examiner certaines questions », déclare-t-elle à la radio nationale néo-zélandaise. Dame Meg Taylor répète qu’il ne s’agissait pour elle que d’une visite de routine, destinée à rencontrer les dirigeants avant le prochain sommet du Forum du Pacifique, en septembre. « Je n’étais pas là-bas pour enquêter », affirme-t-elle, avant de laisser le soin à l’actuel président du Forum de traiter cette affaire délicate : c’est le président de Palau, Tommy Remengesau, qui doit décider de hausser le ton, ou non.
     
    Radio Australia
     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete