Nauru promet de s’attaquer aux dysfonctionnements du centre australien de détention

mercredi 25 mars 2015

Le gouvernement de Nauru a réagi à la publication du rapport Moss, qui révèle les violences subies par les demandeurs d’asile dans le centre de détention australien.
 
La mission d’enquête a constaté des cas de viols, de monnayage de faveurs sexuelles, de nombreuses formes de harcèlement, des coups, des menaces. Une enfant de quatre ans a été frappée, un autre a subi des attouchements.
« Nous devons faire des changements dans la manière dont le centre est géré, c’est sûr », reconnaît le gouvernement nauruan dans un communiqué. Le ministre australien de l’Immigration, lui, se montre confiant : les autorités de Nauru sauront répondre à ces allégations, assure Peter Dutton.
 
« Ils ont un puissant système de droit et de respect de l’ordre, et là, ils doivent faire face à des circonstances difficiles. Ils se sont engagés à fournir un logement décent aux personnes dans les centres, et comme le gouvernement australien, ils ne tolèrent pas les comportements illégaux. »
 
Le magistrat australien Peter Law, ancien résident de Nauru, limogé par le gouvernement l’an passé, est loin de partager cette opinion : « Le gouvernement de Nauru ne peut être décrit que comme un État-voyou. »
 
Selon Peter Law, la police de Nauru n’est pas indépendante, et elle ne peut donc pas traiter les plaintes d’agressions sexuelles, qui pourraient embarrasser les autorités. « Il y a un conflit d’intérêt », dénonce le magistrat.
 
Maintenant qu’il y a des preuves que les demandeurs d’asile sont victimes de maltraitance dans le centre de Nauru, la sénatrice des Verts, Sarah Hanson-Young, veut une réponse des autorités australiennes : « On doit lancer une enquête parlementaire, et le gouvernement australien doit commencer à prendre ses responsabilités. Il ne peut pas juste se tourner vers le gouvernement de Nauru et lui dire de régler la situation. C’est l’Australie qui place ces femmes et ces enfants vulnérables là-bas. »
 
Ajoutons enfin que le rapport Moss met hors de cause l’ONG Save the Children, accusée d’avoir encouragé les détenus à se révolter, ou d’avoir fabriqué des accusations de maltraitance.

Radio Australia

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete