Habillage fond de site

La navette des Marquises sud baptisée

mardi 29 novembre 2016

Te ata o hiva

Te ata o hiva desservira les îles de Fatu Hiva et Tahuata au départ de Hiva Oa. Elle est équipée pour accueillir les personnes handicapées et un malade en civière en cas d’évacuation sanitaire. (© présidence)

 

Te ata o hiva, c’est le nom que la navette maritime des îles du sud de l’archipel des Marquises, a reçu en baptême, hier, à Motu Uta, sous les yeux attendris de sa marraine, Joëlle Frébault, du président Édouard Fritch, de l’ensemble de son gouvernement, de plusieurs tavana des Marquises et du haut-commissaire René Bidal. Cette navette représente un pas important dans le désenclavement des Marquises du sud.

Construite dans la baie de Phaëton par Nautisport Industries, la navette peut embarquer 40 passagers (elle est également accessible aux personnes à mobilité réduite) et sept tonnes de fret, à une vitesse de 13 à 14 nœuds. Un équipement spécifique lui permet aussi d’accueillir les personnes à mobilité réduite et des malades en civière lors d’évacuations sanitaires. Son prix : 130 millions de francs.

La navette prend la mer dès aujourd’hui pour rejoindre son port d’attache de Atuona, à Hiva Oa, où elle est attendue le 2 décembre. C’est à son bord que les athlètes de Fatu Hiva et Tahuata, îles dépourvues d’aéroports, rejoindront Hiva Oa le 11 décembre pour les Jeux interîles des Marquises. Elle desservira ensuite, dès la dernière semaine de l’année, selon la présidence, les îles de Fatu Hiva, les lundis et vendredis, et de Tahuata, les mercredis et lors de sa navigation vers Fatu Hiva. Elle assurera aussi le transport de plus de 150 élèves à la rentrée de janvier prochain.

 

Essai pour les horaires et les tarifs

 

Te ata o hiva sera affectée dans un premier temps à la flottille administrative et son exploitation assurée par la direction de l’équipement, “en raison de la carence du secteur privé ». À terme, il est prévu d’en confier la gestion à une entreprise privée « dans le cadre d’une délégation de service public dans laquelle les communes ou la communauté de communes des Marquises pourraient être parties prenantes avec le Pays”, a précisé Édouard Fritch.

Il a insisté sur un point : “Il est important de mettre en place dès maintenant un service de transport durable et pérenne, avec une tarification qui permette à la fois l’accès du navire aux populations de ces îles enclavées, mais également d’équilibrer les comptes annuels du service, en tenant compte des prestations annexes que seront le transport des scolaires, les transports sanitaires d’urgence (…).Ces dispositions tarifaires seront ainsi déterminées dès mercredi prochain par le conseil des ministres.”

Enfin, Édouard Fritch a indiqué que “les six ou 12 prochains mois serviront tout à la fois à affiner les horaires et dates de la desserte régulière pour s’adapter aux besoins des populations, mais également à vérifier les hypothèses prises concernant l’équilibre financier du service et la tarification adoptée”.

Le haut-commissaire, de son côté, a rappelé l’engagement de l’État pour la sécurité en mer et rappelé la “nécessaire prise de conscience” pour faire baisser les risques en mer et faciliter les recherches.

D’après un communiqué

192
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete