Neuf sans domicile fixe au contact du monde du travail

    samedi 6 février 2016

    Des hommes et des femmes  participent actuellement à une opération de nettoyage d’une partie du site de Atimaono pour la commémoration de l’arrivée des premiers Chinois.  Ils vivent pour la plupart dans les rues de Papeete depuis plus de dix ans.
    Cette action a permis à chacun de prendre conscience de l’utilité du travail et que faire la manche n’est pas la solution à leurs problèmes.
     
    Depuis mercredi matin, neuf jeunes sans domicile fixe (SDF), vivant dans les rues de Papeete depuis plus d’une dizaine d’années, participent à une action de nettoyage d’une partie du site de Atimaono, à Papara.
    L’opération est organisée avec le concours du Si Ni Tong, suivie de près par un agent de la direction de la jeunesse et des sports du Pays, Georges Tetuaiteroi, dit Bleck.
    Ils ne font pas l’aller et retour entre Papara et Papeete. Ils ont installé, près de leur nouveau lieu de travail, un petit campement. Cela a permis de nouer un lien d’amitié avec les résidents du quartier regroupés au sein de l’association familiale Tetuaereva a Paave a Airima.

    Changer de mentalité

    La première journée de travail a permis de débrousser un ancien cimetière chinois, enfoui dans la végétation. Si le nettoyage de site figurait dans les actions du groupe, c’est bien parce qu’on connaissait son existence.
    Hier, le travail du groupe s’est concentré aux alentours de l’ancienne rhumerie. Pour le responsable Georges Tetuaiteroi, l’opération sera bouclée la semaine prochaine.
    Cette sortie de leur lieu habituel a permis aux neuf SDF de prendre conscience de l’utilité du travail.
    La plupart vivent depuis plusieurs années dans les rues de Papeete. Certains se sont même mis en couple et tentent de s’en sortir.
    Ils vivent au jour le jour et font la charité “pour acheter à manger et si possible, de la boisson alcoolisée pour oublier leur déboire”, disent-ils. “On le fait pour oublier nos difficultés, explique Vanessa.
    Gladys, qui vient de Napuka, connaît bien la vie dans les rues de Papeete. Elle a 26 ans aujourd’hui, ce qui veut dire qu’elle n’avait à peine 16 ans quand elle a pris la décision de mettre un trait sur sa famille et de voler de ses propres “ailes”.
    Après avoir participé l’an dernier à une première action de la direction de jeunesse et des sports à Vairao, elle voudrait, avec son compagnon, trouver un lieu pour se fixer et fonder une famille.
    “C’est mon souhait aujourd’hui, reprend t-elle. Je ne voudrais plus continuer à faire la charité. Ça fait honte. Mais, que voulez-vous faire lorsque vous n’avez rien à vous mettre sous la dent ?”
    Fernand, 30 ans, est SDF depuis plus de 10 ans. Il participe aussi à cette opération de nettoyage parce que, lui aussi, est conscient que travailler, c’est la solution pour s’en sortir.
    Il a mis un trait sur sa famille et ne veut plus en parler. Il veut également s’en sortir. Il a souvent demandé la charité et, depuis qu’il est à Atimaono, il pense s’arrêter et chercher du travail pour avancer.
    Selon Georges Tetuaiteroi, il y a de plus en plus de personnes qui vivent dans les rues de Papeete, notamment des couples avec enfants.
    L’action, menée avec le Si Ni Tong, la direction et le ministère de la jeunesse et des sports, ainsi que l’association familiale de Atimaono, a permis de donner une lueur d’espoir à ces neuf SDF.

    Charles Taataroa

    Mahearii 2016-04-13 09:16:00
    Ayant pris goût à la vie est une belle chose mais faire-parti d''''''''une vie douloureuse est une autre...je vous félicite d''''''''avoir franchi cette étape un grand faaitoito...
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete