Nos représentants sont exemplaires sur leur présence

jeudi 11 juin 2015

Le temps de présence en séance à l’assemblée de la Polynésie française ne fait pas tout, expliquera un élu. Il y a le temps passé en commission extérieure, en commission intérieure, le temps passé à étudier les dossiers chez soi, le temps passé à recevoir la population toujours en demande de quelque chose, etc. 
Sans compter que pour de nombreux élus, la fonction de représentant à l’assemblée de la Polynésie française se cumule avec un mandat de maire, parfois de député, ou encore de sénateur. Alors que chaque année, l’Assemblée nationale pond des rapports alarmants sur les actes de présence des députés de la République en séance (et que dire des sénateurs !), il était temps de jeter un coup d’œil du côté de notre d’hémicycle. Et les nouvelles sont bonnes. Depuis deux ans que ces élus siègent à Tarahoi, l’assiduité aux séances est remarquable. En ne comptant que les séances plénières, sans les séances avec Victorin Lurel ou Roch Wamytan, mais avec les quatre séances qui ont permis les élections de Gaston Flosse et Édouard Fritch à la présidence du Pays, et celles mettant Édouard Fritch puis Marcel Tuihani à la présidence de l’assemblée, le taux de participation est très élevé. Les chiffres présentés se basent sur la période du 18 mai 2013 au 7 mai 2015.
Avec la forte majorité du Tahoera’a de mai 2013 à septembre 2014, on aurait pu s’attendre à un festival d’absences en séance. Avec les 29 voix assurées pour constituer la majorité, les élus auraient pu prendre d’autres rendez-vous que ceux de l’hémicycle. Mais autant pour le groupe orange que pour les groupes d’opposition, la présence ne s’est jamais relâchée. 
En 2013, 19 séances plénières ont été tenues (nous excluons ici les séances de la commission permanente). Seize élus sur 57 ont participé à l’ensemble des séances. Mieux encore, ils sont 51 élus à avoir participé à au moins 15 séances sur les 19  de cette année. Les moins bons sur cette année sont la maire de Taha’a, Emma Maraea (11 séances), le maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang (12 séances), le maire de Arue, Philip Schyle (13 séances), le maire de Paea, Jacquie Graffe (14 séances) et le maire de Rurutu, Frédéric Riveta (14 séances). La moins bonne performance revient à l’ancienne maire des Gambier, Monique Richeton, avec une participation à dix séances.

Charles Fong Loi, le plus assidu

L’année 2014 n’a pas été avare de rebondissements à l’assemblée de la Polynésie française. Démission d’office de Gaston Flosse, arrivée d’Édouard Fritch à sa place et début des hostilités entre les pro- Fritch et les pro-Flosse immédiatement après. Une situation qui n’a pas trop perturbé l’hémicycle qui n’a plus connu de renvoi de séance pour faute de quorum depuis longtemps. Un lointain souvenir lié à l’instabilité et aux motions de censures à répétition. 
Selon nos calculs, 15 séances se sont tenues de janvier 2014 à septembre 2014, en comptant les deux séances qui ont servi à élire Édouard Fritch et Marcel Tuihani. Seul Philip Schyle, pour des raisons familiales, ne sera pas à ces deux séances alors que ces mêmes séances devaient redonner un coup de jeune à Jacquie Graffe. En effet, avant ces deux séances de septembre, il n’avait participé qu’à une seule séance sur les 13 précédentes. La faute à des ennuis de santé compliqués à gérer. Néanmoins, ce retour à l’assemblée l’a propulsé à nouveau sur les routes de Tarahoi puisqu’il ne manquera que trois séances d’ici la fin de l’année. 
Ces deux séances auront aussi permis à Tearii Alpha et Nuihau Laurey de descendre de leur ministère pour participer aux votes avant de remonter sur l’estrade du conseil des ministres. Noella Greig fera les frais du remaniement ministériel alors qu’elle avait participé à presque toutes les séances (32 sur 34 en 2013-2014).
Après l’élection d’Édouard Fritch, Maina Sage, de par son nouveau mandat de députée, a été un peu moins présente en fin d’année 2014 (5 séances sur 9), le même nombre que Philip Schyle, Lana Tetuanui, alors que Gaston Tong Sang pointait aussi dans les derniers du classement.
Enfin, certaines mentions spéciales peuvent être attribuées à Teura Iriti qui, malgré son mandat de sénatrice, est venue à presque toutes les séances après son élection, mais aussi à Charles Fong Loi qui réalise le grand chelem en n’ayant jamais manqué une seule séance à l’assemblée de la Polynésie française depuis son élection en 2013, 43 sur 43. Un score qu’il partage avec Élise Vanaa. 

Bertrand Prévost

Lire plus dans La Dépêche de Tahiti ou au feuilletage numérique
 

lolo98719 2015-06-11 22:04:00
C'est normale et pas exemplaire faut pas charrier...........
mata 2015-06-11 21:01:00
Présents pour assurer leur salaire...
blue beam 2015-06-11 16:58:00
Etre la sans etre la! ou etre presente sans presence.
lebororo 2015-06-11 13:01:00
Beaucoup de "vahine"... ☺
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete