“Nous sommes les gardiens des ondes”

jeudi 6 novembre 2014

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) est composée de services régionaux et d’antennes dans l’ensemble de l’outre-mer. Composé de quatre personnes en Polynésie française, ce service de l’État est le “gardien des ondes”, comme l’est l’Agence nationale des fréquences au niveau mondial au sein de l’IUT, le bureau des télécoms international, situé à Genève et est présidé par un ancien directeur de l’ANFR.
“On gère le tableau national de répartition des bandes de fréquences, publié par le Premier ministre de la République”, explique Dominique Diot, responsable de l’antenne de Papeete. “Le spectre va de 0 Hz à 300 Ghz environ, et le tableau attribue des fréquences à des affectataires. Cela peut être des administrations (armée, gendarmerie, intérieur …) et toutes sortes d’opérateurs (télévisions, radios, téléphonie mobile), eux-mêmes indépendants comme le CSA ou supervisés par des organismes de contrôle comme l’Arcep pour la téléphonie, par exemple”, précise le technicien de l’État, rencontré hier. En Polynésie française également, c’est l’antenne qui délivre des accords d’implantation et d’utilisation de fréquences pour de petits réseaux d’entreprise, par exemple, ou alors temporaire, comme à Teahupo’o pour le récent tournage de Point Break 2.
“Nous délivrons également des licences d’importation pour le wi-fi, votre télécommande de portail, l’informatique embarquée dans les véhicules, l’importation des drones, vos objets sans fil. Pour un opérateur comme Vini, il faut un accord d’implantation de son installation, délivré par nous” dit-il. Alors que les drones font l’actualité en métropole après de nombreux survols de centrales nucléaires (lire en p. 47), le phénomène prend de l’ampleur. “Les demandes d’importation sont de plus en plus nombreuses, pour les drones, notamment les jouets”, reconnaît-il. L’ANFR gère environ 1 400 demandes d’autorisation d’utilisation de fréquences par an, sur terre. En mer, avec les affaires maritimes, elle contrôle 150 bateaux également chaque année.

Brouillage des communications

L’ANFR est aussi le guichet unique des plaintes au niveau des brouillages radioélectriques. Les derniers incidents datent du mois de septembre, avec un opérateur et au mois de mai avec une radio. “On instruit les brouillages, on détermine, on localise, on identifie le brouilleur, on lui demande de faire les travaux nécessaires. Nous sommes les gardiens des ondes” souligne, sans plus d’informations Dominique Viot.
Pas de danger pour l’aviation, ils ont des fréquences particulières et tous les moyens nécessaires pour parer à un éventuel brouillage de leurs communications.
Le paysage des fréquences en Polynésie est issu du statut d’autonomie de 2004. Il dit que tout ce qui est réglementation radioélectrique, relève de l’État et les télécommunications sont sous l’autorité du Pays, aujourd’hui la Direction générale de l’économie numérique. “Maintenant, on peut dire que c’est le pendant de l’Arcep en métropole, c’est eux qui donnent les licences pour les opérateurs comme Vini, Vodafone, Viti. Travailler avec le Pays se passe très bien, il n’y a aucun problème”, reconnaît Dominique Diot.
Et l’ensemble de ces informations que gère et contrôle l’ANFR sont aujourd’hui dévoilées en ligne, sur deux sites distincts. Avec l’arrivée de la 4G, c’est une volonté du gouvernement (central) de jouer la transparence avec les citoyens. Le premier – www.anfr.fr – recense l’ensemble des déploiements des réseaux mobiles 2G/3G/4G et ce dans l’ensemble de l’outre-mer, fenua compris, depuis le 1er novembre. Nos réseaux sont modernes, relativement de qualité et de nombre identique aux autres DOM-TOM-COM même si pour l’instant, pas d’autorisation officielle de réseau 4G, le très haut débit. De fait, actuellement, chez les opérateurs locaux, on n’a pas dépassé les phases de test, le déploiement commercial ne devrait pas vraiment commencer avant 2015. Le second site (Cartoradio.fr) permet grâce à un système de géolocalisation de retrouver chaque antenne implantée partout et même sur chaque île de Polynésie, et d’en savoir un peu sur le qui en fait quoi, sur cette antenne, près de chez vous. Mais pas encore les mesures de contrôles qui doivent être menés par des organismes indépendants, absents du territoire.
C.C.

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete