Nouveau blocage dans la vallée Tefaarahi

    jeudi 16 juillet 2015

    Il est 6 h 30, le jour pointe à peine à Mahaena. Peu après le pont, au PK 32, un énorme camion, phares allumés, s’engage dans la vallée noire de Tefaarahi.
    Sur la servitude bétonnée, le moteur, qui vrombit à chaque passage de dos-d’âne, trouble le calme du quartier encore endormi. Le poids lourd va rejoindre une zone de curage au fond de la vallée. Mais il n’a pas fait un kilomètre depuis la route de ceinture qu’il est bloqué par deux hommes. Plantés au milieu du chemin, Terai Tavi et Peter Heduschka font comprendre au chauffeur qu’il n’ira pas plus loin.
    C’est un nouvel épisode du bras de fer qui oppose le syndicat des propriétaires et exploitants agricoles de la commune Haa maitai ia Mahaena à une société d’extraction. Il y a moins d’un mois, dans La Dépêche de Tahiti, le président et le secrétaire du syndicat avaient prévenu qu’ils feraient cesser les va-et-vient des camions de tout-venant au terme de la date de validité de l’autorisation de curage octroyé par le ministère de l’Équipement. L’ultimatum avait été fixé au 15 juillet.
    Hier, faute d’accord avec les propriétaires de la vallée, en dédommagement de l’utilisation de la servitude bétonnée et du chemin privé en fond de vallée, plus aucun camion ne passerait. Le syndicat a mis son avertissement à exécution.

    En attendant un jugement sur le fond

    C’est la deuxième fois qu’il y a un blocage. Mais en référé, le syndicat avait dû lever son barrage, avant que le tribunal reconnaisse, en appel, une erreur de procédure. Remis dos à dos, entrepreneur et syndicat n’étaient pas plus avancés. Alors le syndicat a déposé lundi une requête auprès du président du tribunal de première instance afin que le différent soit jugé sur le fond. Terai Tavi, en son titre de président du syndicat, et Peter Heduschka défendant ses droits de propriétaire, ont déposé une plainte contre la société pour utilisation abusive de la servitude bitumée et du chemin créé (pour atteindre la zone d’extraction) sur les terres des propriétaires.
    Conscients de l’obligation du droit de passage, les opposants mettent en avant une utilisation à des fins commerciales (l’exploitation du tout-venant). Le syndicat rappelle que les textes prévoient que le bénéficiaire d’une autorisation d’extraction “fera son affaire personnelle de tous les litiges relatifs soit à l’origine de la propriété du terrain concerné, soit aux éventuels droits de passage”.
    La société, qui a des terrains en fond de vallée, a droit de circulation pour se rendre sur son bien, mais aurait dû trouver un accord avec les propriétaires dans le cadre du transport de tout-venant.

    Nouvelle autorisation toute fraîche

    Les gênes occasionnées par le va-et-vient des camions, la poussière, le bruit, la dégradation de la servitude bétonnée supposent une négociation de dédommagement. C’est possible. Pour preuve, un accord a été trouvé dans la vallée voisine, à Tefaaiti, où un autre entrepreneur a fourni des matériaux pour la réfection de la servitude bétonnée. 
    Depuis 2013, le syndicat, qui estime que 16 000 m3 de tout-venant ont été extraits dans la Tevaifaara, n’est pas parvenu à trouver un accord, malgré des engagements pris devant les autorités communales.
    Hier matin, l’entrepreneur est venu sur place pour tenter de faire respecter son droit de passage, et a présenté, aux gendarmes appelés sur les lieux du blocage, une nouvelle autorisation d’extraction. Mais peu importe pour le syndicat ; la société doit avant tout négocier le droit de passage ! Le patron de la société n’a pas souhaité s’exprimer tant que l’affaire était au tribunal. 
    Le syndicat Haa maitai ia Mahaena, qui craint que la société cherche le passage en force pour installer une carrière au fond de la vallée, est déterminé à aller jusqu’au bout de ce combat. Pas d’autorisation, pas de camion ! 

    J.-L.M.

    Plus d’informations dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

    le blanc 2015-07-17 11:31:00
    couillonnnnn
    G 2015-07-16 19:10:00
    Bande de pingouin !!!! Tous ce qu ils veulent c est une part du gâteau sans rien faire !! Il dit qu il veut protéger la nature mais si on négocie en contre partie d une part du gâteau, a ok on peut touché à la nature !!!! Couillon vaaaa !!!!
    le blanc 2015-07-16 14:58:00
    extraction pirate , on prévoit 2000 mettre cube il en sort 20 000 tout les moyens sont bon pour bandit
    lebororo 2015-07-16 13:59:00
    Il est important que bruit, poussière et dégradation de la route sont contre l'humanité.
    Homai Mapakoi 2015-07-16 13:38:00
    Ces beaux tout sa .Je vous remercie ,et sa fait 15 ans je suis ailleurs sa me manque beaucoup thank-you to all that participante. I want to say President you doing a good love you faaitoito te arofa ia rani. Homai
    le blanc 2015-07-16 12:51:00
    arretez le delire mes amis
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete