Nouveau coup de projecteur de la CTC concernant Tikiphone

    mercredi 24 août 2016

    tikiphone

    En 2012, Tikiphone était sur le point de faire un chèque de 5 milliards de francs au Pays.

     

    La Chambre territoriale des comptes publie deux rapports

     

    Deux rapports définitifs de la Chambre territoriale des comptes (CTC) ont été publiés en début de semaine. Ces deux publications concernent des filiales de l’Office des postes et télécommunications (OPT) puisqu’il s’agit de Tikiphone et de Vini.

    Tikiphone n’existe plus, incorporée dans le groupe Vini avec Mana et TNS depuis 2013, mais la Chambre territoriale des comptes s’est tout de même penchée sur sa gestion passée depuis 2008.

    Une gestion compliquée, avec des charges allant croissantes, alors que le rendement était clairement en chute libre, ce, malgré l’absence de concurrence à l’époque.

    Ainsi, il est mis en exergue la gestion hasardeuse de ses investissements alors que la société faisait du profit.

    Profitant d’une structure financière confortable, l’entreprise n’a pas hésité à emprunter pour réaliser des placements, démarche sans rapport avec son objet social. Le calcul s’est en outre révélé perdant : deux placements en instruments financiers structurés n’ont généré aucun gain, alors même que leur souscription a nécessité l’ouverture, puis le refinancement, de crédits bancaires, à un coût significatif : au total, Tikiphone a subi, à ce titre, une perte de plus d’un milliard de francs CFP”, note le rapport de la CTC.

    En 2008, la société possédait 12,7 milliards en valeurs mobilières de placement. Ce montant n’était plus que de 2,7 milliards en 2012. Une dépréciation de son capital impressionnante.

    En tout état de cause”, notent les rapporteurs de la chambre, “s’agissant des placements financiers en produits structurés, si la politique de Tikiphone s’est soldée par un gain de 1,068 milliard pour le premier placement, elle a abouti à une dépense de 2,1 milliards au titre des emprunts nécessités par les deux autres placements, soit un bilan négatif de 1 075 MF CFP. En outre, la chambre déplore que la société ait procédé à des emprunts en vue de placements, démarche sans rapport avec son objet social.

    Des placements qui n’ont pas fonctionné.

     

    Puis vient le tour de Vini

     

    Créée en 2013, la société Vini regroupe la téléphonie mobile, l’Internet et le satellite. La CTC a donc étudié les deux années depuis la fusion de ces filiales dans un cadre économique a priori sain dans un second rapport qu’elle a publié en début de semaine.

    C’est sur Tikiphone que se fixe l’attention. “Le regroupement des filiales s’est effectué sans recherche de rentabilité”, note les rapporteurs.

    Le maintien des effectifs et l’alignement sur le statut le plus avantageux ont constitué des conditions préalables à l’opération de fusion.
    Les coûts fixes n’ayant pas été réduits, et la production n’ayant pas augmenté, la société n’a pas réalisé d’économies d’échelle à la suite de la fusion. La baisse de la profitabilité engagée chez Tikiphone se poursuit donc chez Vini de 2013 à 2015.

    Là encore, la CTC recommande de maîtriser la masse salariale pour “la bonne adéquation des personnels aux besoins de l’entreprise”.

     

    Bertrand Prévost

     

    Retrouvez dans notre édition du jour :

    • Encadré : Le nombre ne faisait pas la force

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete