Nouveau coup d’éclat de la majorité rebelle à Hitia’a o te Ra

    vendredi 16 décembre 2016

    conseil municipal hitiaa o te ra

    Le conseil municipal était réuni pour le débat d’orientation budgétaire que la nouvelle majorité a finalement boudé. (© Jean-Luc Massinon)

     

    Nouvelle séance agitée au conseil municipal de Hitia’a, où la nouvelle majorité a refusé le débat d’orientation budgétaire en quittant la mairie. Henri Flohr prétend que le budget ne prend pas en compte les doléances de la majorité de Papeno’o. Dauphin Domingo note les comportements confus de la majorité, qui impose des règles un jour et les défait le lendemain.

     

     

    Ce devait être le dernier conseil municipal de l’année, et sans la présence de son adversaire Jacqui Drollet, le maire de Hitia’a o te Ra, Dauphin Domingo, pouvait espérer que la séance se déroule un peu plus calmement que ces derniers mois.

    Mais c’était sans compter le machiavélisme de la nouvelle majorité qui ne cache plus vouloir mettre dehors le tavana minoritaire.

    À 9 heures, dans la salle du conseil de la mairie principale de Tiarei, les sourires étaient de façade. Même sans Jacqui Drollet, l’artisan de la fronde contre le tavana, les soutiens de Dauphin Domingo pressentaient un mauvais coup.

    Le ton a vite été donné, quand, en début de séance, Henri Flohr a réclamé le rajout à l’ordre du jour d’une demande d’aide de frais funéraires pour une famille endeuillée.

    Le directeur général des services (DGS) est intervenu pour rappeler qu’il avait été convenu – à la demande justement du nouveau groupe majoritaire – qu’il ne serait plus possible d’ajouter des dossiers à délibérer à la dernière minute.

    L’ancien maire de Papeno’o a insisté, faisant fi de la remarque pertinente du DGS. Jean-Claude Apuarii a dû sortir la délibération cadre — voulu par la nouvelle majorité et voté deux mois plus tôt — pour préciser encore que les aides devaient être accordées après un refus d’aide du Pays, après une enquête sociale communale, après l’avis de l’adjoint au maire en charge de la solidarité et, surtout, en fonction de la répartition préalable des crédits annuels à disposition de chaque commune au prorata de la population !

    Dans le camp d’Henri Flohr, on a proposé de modifier la délibération sur le champ, et assuré que la notion de répartition au prorata ne s’appliquait pas dans ce cas-là…
    Les ex-Tahoera’a étaient pris en flagrant délit de manœuvre malhonnête. Comment imposer une demande d’aide sans respecter la procédure que l’on a soit même réclamée.

    Absent, Jacqui Drollet aurait-il accepté d’ignorer cette délibération qu’il a voulue ?

    Henri Flohr a-t-il profité de l’absence de son allié pour passer en force son dossier ?

    Fort de sa majorité en voix, et au risque de voir la délibération recalée par la subdivision administrative, la demande a été adoptée. Elle portait sur une somme de 220 000 F.
    Les élus devraient se retrouver la semaine prochaine pour tripatouiller cette délibération décidément gênante.

     

    Des repas pour la rentrée

     

    Après ce couac, les élus ont abordé l’ordre du jour initial. Il était question de donner l’autorisation au maire de signer le marché relatif à la fourniture des denrées alimentaires des cantines scolaires pour 2017 (plus de 20 millions de francs).

    Certains craignaient vraiment que cette délibération soit recalée pour mettre le tavana en porte à faux vis-à-vis de la population, dans le cas où les repas ne puissent pas être servis à la rentrée prochaine.

    La nouvelle majorité, qui ne ménage pas Dauphin Domingo, n’a tout de même pas osé mettre les enfants de la commune au milieu de leur guéguerre politique.

    Les écoliers de la commune auront à manger à la rentrée de janvier.

    Qu’à cela ne tienne, Henri Flohr est parvenu tout de même à faire ajourner la délibération sur l’approvisionnement en carburant pour la commune (entre 17 et 19 millions de francs pour 2017), au prétexte de vouloir contrôler la situation de la consommation de 2016.

    Dauphin Domingo a rappelé que des économies substantielles avaient été réalisées dans ce domaine.

    Et il s’est souvenu que du temps d’Henri Flohr plus de 10 millions de francs de carburant s’étaient évaporés dans l’air sans qu’on ne sache par quel phénomène physique cela s’est produit…

     

    Débat d’orientation budgétaire boudé

     

    La séance devait se terminer par un exercice traditionnel dans la vie d’un conseil municipal, à savoir le débat d’orientation budgétaire (Dob).

    On présente, dans les grandes lignes, aux élus les engagements chiffrés pour 2017 en vue de la préparation du budget pour l’année.

    Sous contrôle de la chambre territoriale des comptes, la commune de Hitia’a o te Ra doit transmettre son projet à l’organisme qui peut faire des préconisations.

    Le budget est ensuite présenté en conseil municipal pour modification ou approbation. Cela doit se faire avant le 31 mars.

    Le DGS a commencé par la présentation des budgets annexes de l’eau et des déchets, où la commune a bien du mal — comme beaucoup d’autres communes — à recouvrir la totalité des redevances.

    Jean-Claude Apuarii s’est lancé dans les chiffres quand l’assistance s’est montrée distraite par l’agitation de leur leader Henri Flohr.

    La nouvelle majorité ne semblait pas vouloir suivre les explications. Et pour cause, il avait été visiblement convenu de quitter la séance.

    L’ancien maire de Papeno’o a prétexté un rendez-vous pour se lever, suivi des autres élus du groupe. Le conseil municipal s’est arrêté sur un nouveau coup de théâtre. Mais on commence à en avoir l’habitude à Hitia’a o te Ra.

     

    J.-L.M.

     

    Plus d’informations dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

     

     

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete