Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

NOUVELLE-CALÉDONIE – Annick Girardin se veut surtout à l’écoute

mardi 25 juillet 2017

NC-Annick Girardin

La visite au gouvernement constituait la deuxième étape de la journée de la ministre Annick Girardin.(©Photo : LNC)

Tailleur blanc, visage bronzé et souriant, Annick Girardin a fait sa première apparition publique, hier matin, place Bir Hakeim à Nouméa. La ministre des Outre-mer s’est déclarée “très heureuse” de sa venue en Nouvelle-Calédonie.

“J’ai été très bien accueillie par les élus. Je suis ici pour découvrir le territoire et pour parler de l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. Je pense d’abord à la Nouvelle-Calédonie dans le Pacifique car vous savez que l’un de mes combats est de faire en sorte que les outre-mer puissent mieux s’intégrer encore chacun dans leur bassin maritime ou océanique, avec leurs spécificités, leurs richesses et leurs atouts.”

Puisque le sujet intéresse au premier chef les responsables politiques, Annick Girardin a été interrogée sur ses éventuelles préférences en matière d’avenir institutionnel, elle a affirmé avec prudence qu’elle échangerait avec l’ensemble des responsables politiques du territoire. “Je suis une femme de terrain et je suis là pour écouter. Je pourrais peut-être en dire plus à la fin de mon séjour.”

 

Nombreux dossiers

 

Annick Girardin s’est rendue aussitôt après au gouvernement pour y rencontrer dans un premier temps le président Philippe Germain, puis l’ensemble des membres de l’exécutif.

Philippe Germain lui a offert une tranche de nautile sur du sable fin montée sur un cadre en bois de kaori : “comme ça vous aurez une pensée pour nous”, a-t-il glissé à la ministre. “Vous savez j’en ai toujours eu une”, lui a-t-elle répondu. “À 12 ans, on m’a offert un bracelet d’une famille de Nouvelle-Calédonie qui s’était installée à Saint-Pierre et Miquelon. Ce bracelet, que je ne sortais que les grands jours, a marqué mon enfance.”

“Nous avons évoqué de nombreux dossiers”, a résumé la ministre à sa sortie du gouvernement. “Le développement économique, bien sûr, avec la question du nickel, ceux de la jeunesse, de la sécurité et de la défiscalisation qui accompagne le développement économique. Toutes ces questions pratiques attendent des réponses concrètes des élus du territoire, qui co-construisent avec le gouvernement mais aussi avec l’État, qui doit être aux côtés de chaque projet. Et nous le sommes à travers un certain nombre de contrats de développement. Mais il faut que nous soyons encore aux côtés du pays, que nous soyons à la disposition des politiques.”

Philippe Germain s’est également déclaré très satisfait de ces premiers échanges. “C’est une personne ouverte qui connaît les problèmes de l’outre-mer. Nous avons eu des échanges très riches, la ministre est très intéressée, très active, elle est passionnée, et elle a des idées, concrètes, notamment à travers les assises des outre-mer. C’était important de la solliciter sur tous les sujets, ou du moins, de lui faire part de nos points de vue. Bien sûr, nous avons également évoqué la préparation des travaux que nous allons avoir à la CPS (Communauté du Pacifique sud, NDLR), où nous allons évoquer la politique d’intégration de la Nouvelle-Calédonie dans la région.”

Annick Girardin s’est ensuite rendue au Congrès pour y rencontrer le président et les vice-présidents. En fin d’après-midi, elle a été reçue à la province Sud pour un entretien avec Philippe Michel qui a largement porté sur l’avenir de l’usine du Sud.

 

Les Nouvelles calédoniennes

 

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete