Habillage fond de site

NOUVELLE-CALÉDONIE – Les derniers jours du gouvernement

mercredi 9 août 2017

gouvernement pacifique

Du 15 décembre 2014 au 1er avril 2015, il s’était passé plus de trois mois et demi entre la fin du gouvernement Ligeard et l’élection de Philippe Germain. (© LNC)

Constitué le 1er avril 2015 grâce au renfort de votes venus de l’Union calédonienne, le gouvernement de Philippe Germain vit ses derniers jours. L’élection de Philippe Dunoyer en qualité de député de la seconde circonscription est à présent confirmée. Il doit quitter son poste de membre du gouvernement au nom de la loi limitant le cumul des mandats des parlementaires.

Il devrait donner sa démission samedi 19 août, juste après la tenue d’une séance de l’exécutif pour arrêter le projet de budget supplémentaire que, précisément, Philippe Dunoyer est en train de finaliser.

Ce départ rendra le gouvernement démissionnaire de plein droit, il ne pourra plus qu’“expédier les affaires courantes”. À compter de cette date, le Congrès disposera d’un délai de quinze jours pour désigner un nouvel exécutif. Dans un premier temps, les élus devront se réunir pour fixer le nombre de membres du gouvernement, qui peut être au maximum de onze.

Ensuite, chaque groupe politique déposera une liste de candidats (11+ 3 pour chaque liste). Ce dépôt doit avoir lieu “cinq jours incompressibles” avant l’élection, le temps pour l’État de vérifier les critères d’éligibilité. Il s’agira donc d’un scrutin de liste à la proportionnelle.

La séance d’élection du gouvernement pourrait avoir lieu vendredi 1er septembre. Compte tenu des rapports de force, on devrait retrouver cinq membres indépendantistes et six venant des deux camps loyalistes : cinq pour l’intergroupe issu de la plateforme signée entre Calédonie ensemble, le Rassemblement et le MPC, et un provenant du groupe des Républicains calédoniens. C’est-à-dire, à peu de chose près, la composition actuelle.

 

Philippe Germain candidat

 

Les choses vont se compliquer quand il s’agira pour les onze nouveaux membres d’élire leur président. Philippe Germain sera candidat à sa succession. Mais voilà. Les élections législatives ont laissé des traces.

La campagne de l’entre-deux tours de Philippe Gomès a sérieusement crispé les formations indépendantistes. La constitution d’une plateforme loyaliste qui a appelé à voter Philippe Dunoyer, contre Sonia Backès, a passablement énervé cette dernière et ses soutiens.

Dans ce contexte, il y a peu de chances que Philippe Germain retrouve son fauteuil de président d’un simple claquement de doigts. Il faudra sans doute, comme en 2015, de longues tractations pour dégager une majorité, élire un président, et constituer un exécutif de plein exercice.

 

Les Nouvelles calédoniennes

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete