Habillage fond de site

NOUVELLE-CALÉDONIE – Élections provinciales : Le Sud change de main, pas le Nord et les Îles

lundi 13 mai 2019

36 Pacifique

Depuis le 4 novembre dernier, certains loyalistes craignaient un basculement du Congrès au profit des indépendantistes. Il n’aura pas lieu. Mais l’écart est plus faible que jamais. Selon les résultats en notre possession hier soir, et non encore confirmés, les non-indépendantistes n’auraient conservé la majorité que pour deux sièges. La nouvelle assemblée accueillera ainsi 28 élus loyalistes et 26 indépendantistes.

Sur le plan strictement comptable, il y a pourtant plus de 59 500 voix qui se sont portées, dans toute la Calédonie, sur des listes de sensibilité loyaliste contre un peu moins de 46 700 voix sur les listes indépendantistes. Le tout pour plus de 110 100 bulletins exprimés. Bien sûr, tous ces suffrages n’ont pas été pris en compte puisque près de 10 000 d’entre eux se sont retrouvés sur de petites listes qui n’ont pas dépassé les 5% des inscrits et n’ont donc pas eu d’élu.

 

De gros risques d’instabilité

 

La situation dans l’hémicycle sera donc inédite, d’autant plus que trois sièges seront occupés par l’Eveil océanien qui, s’il semble être logiquement classé dans le camp des loyalistes, ne s’est pour le moment aucunement avancé sur une potentielle alliance.

Ce que le mouvement sera obligé de faire s’il veut intégrer un groupe à l’assemblée, le nombre minimum d’élus pour ce faire étant fixé à six.

Quoi qu’il en soit, les cartes sont totalement rebattues boulevard Vauban. L’effondrement électoral de Calédonie ensemble met le parti de Philippe Gomès dans une position compliquée puisqu’il ne peut désormais plus, avec uniquement sept élus, que soutenir l’Avenir en confiance ou, a contrario, mettre la liste de Sonia Backès en difficulté… face aux indépendantistes.

Car même après une victoire éclatante en province Sud, la liste d’union loyaliste sera en même temps le plus important groupe du Congrès, et de loin, mais elle sera tout de même obligée de composer pour obtenir une majorité. Il est d’ailleurs encore bien trop tôt pour imaginer ce que pourrait être le gouvernement. Les tractations des prochains jours vont être très importantes pour essayer de mettre en place une équipe capable de gouverner. Ce qui ne pourra bien sûr pas se faire sans les voix des perdants du jour.

De leur côté, les indépendantistes, qui ont prouvé par le passé qu’ils savaient s’allier quand les circonstances l’exigeaient, vont certainement mettre tout leur poids dans la balance pour peser sur les réformes politiques à venir. Et face à des loyalistes aux idées parfois très éloignées, notamment sur le plan économique, ils pourraient bien avoir de nombreuses opportunités de faire passer leur vision des choses.

La prochaine mandature pourrait ainsi voir naître des majorités de circonstance, qui ne seraient pas forcément les mêmes au gré des textes proposés aux élus.

 

Les Nouvelles calédoniennes

 

élection calédonie

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous que la visite de la ministre de la Justice au fenua pourrait régler le problème foncier ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete