Habillage fond de site

NOUVELLE-CALÉDONIE – Un enfant de 10 ans grièvement blessé par un requin

lundi 27 mai 2019

Samedi dernier, les pompiers ont lancé “un appel à la vigilance” à l’ensemble de la population. Photo : Les Nouvelles calédoniennes

Samedi dernier, les pompiers ont lancé “un appel à la vigilance” à l’ensemble de la population. (Photo : Les Nouvelles calédoniennes)

Gyrophares en pagaille et mines déconfites, samedi dernier, en fin d’après-midi, sur le parking de la marina Port du Sud, en baie de l’Orphelinat. Peu avant 16 heures, certains plaisanciers ont assisté à une scène d’horreur, au bout de l’un des pontons.

Alors qu’un frère et sa soeur se baignent à l’arrière du bateau familial, un requin surgit. La fillette parvient à regagner l’embarcation, mais le garçon est attaqué par le squale qui lui arrache la jambe droite jusqu’à la hanche, avant que son père ne se jette à l’eau pour le récupérer.

Sur place, les secours ne peuvent que constater la gravité des blessures de la victime, âgée de 10 ans, qui est évacuée vers le Médipôle en urgence absolue. Selon les nombreux témoins à avoir repéré l’animal, il s’agirait d’un requin de “grande taille”. Sans doute un bouledogue qui, curieusement, n’a pas pris la fuite après l’attaque et rôde encore autour des embarcations.

Se pose alors un dilemme : que faire de cet animal qui est protégé par le code de l’environnement ? La décision ne tarde pas à tomber : “Par mesure de sauvegarde de la population”, la mairie de Nouméa demande la capture
et l’euthanasie du squale car “cet individu représente une intolérable menace pour les plaisanciers comme pour tous les riverains de la zone”.

La province Sud, compétente en matière d’environnement, donne ainsi son feu vert à l’opération qui porte rapidement ses fruits. Vers 19 heures, le requin est neutralisé, puis euthanasié. Un animal de 3,50 m de long, description qui correspond aux dires des témoins.

Les premières expertises effectuées sur le squale ont confirmé avec une certitude absolue qu’il s’agissait bien de l’animal responsable de l’attaque”, jugent néanmoins bon de préciser les autorités dans un communiqué.

Alors que la victime se bat entre la vie et la mort au bloc opératoire, le calme regagne peu à peu la marina, au crépuscule. Mais le choc est profond.

 

“Il y a beaucoup de requins en ville”

 

En témoigne un riverain, qui ne souhaite pas s’étendre sur ce drame auquel a assisté sa fille. “Ici, tout le monde se connaît. On vit comme dans un village. C’est terrible”, glisse-t-il avant de regagner son bateau. Une autre riveraine, installée au mouillage, est arrivée à la marina quelques instants après l’attaque.

“On a vu le petit garçon passer devant nous avec les secours avant de partir au Médipôle. C’est le choc, raconte cette mère de famille, qui n’est cependant pas surprise. Je les vois tout le temps les requins dans la baie. Ils sont énormes. Cela rappelle malheureusement à tous qu’il ne faut pas se baigner dans ces endroits. Il y a beaucoup de requins en ville.”

Hier, l’enfant était dans un état “stable” depuis la veille et donc toujours grave. Son pronostic vital restant engagé.

Les Nouvelles calédoniennes

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pour cette rentrée scolaire, vous avez fait le plein de cartable :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete