Nouvelle-Calédonie : Intronisation d’un grand chef

    lundi 29 septembre 2014

    Le district coutumier de Koumac n’avait plus de grand chef depuis le décès de César Boarat en août 2013. Samedi, les chefferies ont intronisé Williams Taubo Tein Boarat, 56 ans. Attendu depuis la levée de deuil, l’événement obéit à un rituel bien précis.

    Le soleil est déjà haut et il règne une agitation des grands jours samedi, à la tribu de Paop, lorsque débute la cérémonie d’intronisation de Williams Taubo Tein Boarat à la grande chefferie Boarat. Les cinq chefferies que compte le district coutumier de Koumac sont présentes. « Avant la levée de deuil à la fin du mois d’août, les membres du clan Boarat, issu de la lignée directe du grand chef Félix Boarat, décédé en 1993, se sont réunis. Après réflexion et discussions, ils ont désigné Williams Taubo Tein Boarat comme le successeur du grand chef César. Ce dernier, avant de mourir, avait stipulé à son fils Eddy que s’il venait à disparaître, son successeur ne devait plus être de sa lignée, mais de celle de Félix, explique Daniel Whala-Windi, le porte-parole de la grande chefferie. Une décision qu’ils ont communiquée aux clans de la grande chefferie Boarat à l’occasion de la fête de l’igname et que nous avons acceptée. Cette prise de position a également été présentée à Mika Poumali, père de la chefferie Pagou-Neyama, alliée de la grande chefferie. » Williams Taubo Tein Boarat, fils aîné de Félix et neveu du grand chef César, décédé le 18 août 2013, a ainsi officiellement été présenté à toutes les chefferies et les chefs de clan du district.  
    Dès 9 heures, afin de respecter le chemin coutumier, un membre de la chefferie Boarat se porte à la rencontre de Mika Poumali, petit chef de la tribu de Pagou. Il le fait pénétrer dans la grande chefferie, accompagné de ses clans alliés. Ensemble, ils présentent le geste coutumier au futur grand chef, puis vont s’asseoir à l’emplacement qui leur est attribué. Le même cérémonial se répète avec les trois autres chefferies, Galagawi, Wanac puis Karembé. A l’issue de ces premiers gestes coutumiers, et dans le même ordre, les petits chefs se succèdent devant Williams Taubo Boarat, revêtu et coiffé de façon traditionnelle. Cette fois, ils sont porteurs de présents et le reconnaissent officiellement comme grand chef. Chacun prend à son tour place à ses côtés. S’ensuit un temps de parole, toujours dans le même ordre, pour les quatre chefferies. La première partie du protocole est terminée. Reste le dernier geste, de la part de la chefferie Boarat, pour introniser et confirmer dans ses fonctions le nouveau grand chef. Il s’agit d’une imposition des mains de tous les chefs, et d’une prière pour une recommandation à Dieu. Chaque délégation ayant apporté sa contribution de nourriture, le repas qui suit est pris en commun, avant un nouveau temps de parole.
     
    « Nous avons désiré célébrer coutumièrement cette cérémonie par laquelle nous reconnaissons Williams Taubo Tein Boarat comme notre nouveau grand chef, dans la plus stricte intimité coutumière de l’ensemble des chefferies du district de Koumac. Le samedi 25 octobre, nous présenterons officiellement le nouveau grand chef au Sénat coutumier, aux représentants de l’aire Hoot ma Whaap, à l’officier public coutumier, au RSMA, aux institutions et aux forces vives de la commune », conclut Daniel Whala-Windi.

    Les Nouvelles calédoniennes

    Depuis trente-deux ans à la SMSP

    Williams Taubo Tein Boarat est né le 24 mars 1958 à Koumac. Il est l’aîné d’une fratrie de onze enfants, issus de l’union de Félix Boarat et de Poabae Arhou. « C’est Yves Thavoavianon, un infirmier de l’hôpital de Koumac, qui m’a mis au monde. Il m’a d’ailleurs légué son prénom, même s’il n’a pas été mentionné sur mon état civil. Et c’est pour cette raison que tout le monde me connaît sous le prénom d’Yves et non de Williams », souligne le nouveau grand chef. Après une scolarité primaire effectuée à la petite école de la Felp à la tribu de Wanap, il suit une formation le préparant au CAP mécanique au CFPA de Bourail. Formation qu’il est obligé d’interrompre pour raisons familiales à l’âge de 16 ans. Vivant chez son grand-père, il effectue de petits travaux de mécanique chez Robert Frouin, Gilbert Bonnenfant et Christian Pamiès avant d’entrer chez Chromical. 1982 le voit entrer comme mécanicien à la NMC (Nickel Mining Corporation)-SMSP, à Ouaco. En 1996, il est affecté à la mine de Ouazangou comme chauffeur d’engins, puis devient chef de poste, fonction qu’il occupe toujours au sein de la NMC à Ouaco. « Désormais, je succède à César mais aussi à mon père comme grand chef. La première chose que j’aimerais faire au sein de la chefferie, c’est d’inculquer à chacun le strict respect des horaires. Je ne tiens pas à tout chambouler, je vais être prudent et aller doucement. Les changements, s’il y a lieu, viendront en temps et en heure », conclut le nouveau grand chef.

    5 chefferies, 25 clans

    Le district coutumier de Koumac se compose de 5 chefferies et de 25 clans
    • La chefferie de Paop

    Grand chef : Williams Taubo Tein Boarat. Elle comprend les clans Boarat, Taboen, Kondolo, Whala-Windi et Wayo.

    •  La chefferie de Pagou-Neyama

    Petit chef : Mika Poumali. Elle est constituée des clans Poumali, Béléouvoudi, Tein-Moaxom, Tein-Poawi, Kalaboen, Tein-Doma, Daulo, Dawilo-Niavou et Kamba.

    •  La chefferie de Galagawi

    Petit chef : Maurice Goa. Elle est composée des clans Goa et Tein Mala.

    •  La chefferie de Wanac

    Petit chef : Pelom Phadom. Elle regroupe les clans Phadom, Whaap, Tein-Boa et Paeten.

    •  La chefferie de Karembé

    Petit chef : Robert Arhou. Elle comprend les clans Arhou, Poa-Arhou, Boahoumé, Govalu et Arouma.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete