Nouvelle-Calédonie : La ministre dénonce « la politique de la chaise vide »

mardi 30 septembre 2014

La ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, s’est exprimée sur l’absence de l’UC au Comité des signataires. Un boycott qui, selon elle, n’enlève pas l’intérêt de ce rassemblement avec les autres partis présents.

L’Union calédonienne n’assistera pas au Comité des signataires. Comment réagissez-vous à cette décision ? « Ce Comité des signataires est prévu par l’accord de Nouméa et il est prévu que nous fassions le point sur ce qui a été fait et ce qui reste à faire. Si nous voulons faire ce travail, il faut que toutes les parties soient autour de la table. Je regrette que ce ne soit pas tout à fait le cas. On va essayer d’avancer avec les parties présentes. Et j’espère que nous aurons tout de même l’occasion de faire en sorte que, même à distance, ceux qui ne sont pas autour de la table puissent exprimer leur point de vue. Il me semble que le dialogue est un élément essentiel pour que la Nouvelle-Calédonie puisse bâtir l’avenir en associant tout le monde. »
 
Mais l’absence de l’UC n’enlève-t-elle pas beaucoup d’intérêt à ce Comité des signataires ?
« Il y a quand même les autres partis ! Le problème, c’est qu’on ne peut pas bloquer le processus par la politique de la chaise vide et dénier toute valeur à la parole des autres interlocuteurs. Nous allons donc discuter avec tous ceux qui voudront venir dialoguer avec nous. Et si l’on veut avancer et sortir de l’accord de Nouméa, il faut bien que les uns et les autres discutent. Or, il y a des choses concrètes sur lesquelles nous devons avancer. On ne peut pas rester en lévitation en attendant que le référendum se tienne par l’opération du Saint-Esprit ! »
 
Le Rassemblement dénonce « l’incapacité de l’État à mettre tous les signataires autour de la table » et parle de « précipitation » dans la mise en place de la mission Christnacht-Merle. Qu’en pensez-vous ?
« D’un côté, on nous dit ‘il y a une mission qui ne regroupe pas tout le monde’ et de l’autre, alors que tout le monde est regroupé pour discuter autour de la table, on nous dit ‘finalement on ne vient pas’. Je dois dire que tout cela est un peu compliqué. Mais on y arrivera. Si tout le monde n’est pas là aujourd’hui [pour le Comité], on reparlera des conclusions de cette réunion avec ceux qui n’étaient pas là. Il faut que chacun se dise que si nous voulons avancer en Nouvelle-Calédonie, dans une voie qui soit la plus consensuelle possible, et qui respecte les uns et les autres, on ne peut pas le faire sans se parler. Pour ma part, je privilégie toujours le dialogue et la concertation à l’affrontement. Je n’ai pas envie de donner trop de poids à ceux qui choisissent de bloquer le système en se mettant en retrait. »

Propos recueillis par Les Nouvelles calédoniennes

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete