Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

NOUVELLE-CALÉDONIE – L’USTKE appelle ses troupes à manifester

mardi 18 juillet 2017

Syndicat USTKE

Le syndicat s’inquiète de la situation à Vale, de l’emploi des jeunes Kanak et de l’inscription automatique en vue du référendum de 2018. (©Photo : Les Nouvelles calédoniennes)

L’usine de Vale

Premier thème de la conférence qu’ont tenue hier le président et les secrétaires fédéraux de l’Union syndicale des travailleurs kanak et des exploités (USTKE) : les récentes déclarations du PDG de Vale monde, Fabio Schvarstman, évoquant l’éventualité d’un arrêt de l’usine du Sud. “Pour le moment, on observe une relative stabilité de l’emploi malgré le ralentissement économique”, note André Forrest, président de l’USTKE.

Mais si un tel scénario devait se produire, les conséquences seraient très lourdes. “Vale NC a pourtant fait de gros efforts de productivité”, relève Antonio Newedou, secrétaire de la fédération mines de l’USTKE.
“En 2015, le prix de revient de la tonne de nickel était de 22 000 dollars (environ 2 millions de francs). Il est à présent de 1 200 dollars la tonne (1,2 million), et l’objectif est d’atteindre les 10 000 dollars. Problème, le prix de vente est actuellement de 9 000 dollars (un peu moins de 900 000 F).”

Agenda social

Selon l’USTKE, l’agenda social partagé est en panne. “À échéances régulières, les partenaires sociaux et le gouvernement doivent fixer des thèmes de travail. Tout cela patine, notamment parce que le patronat est divisé, accuse André Forrest. Nous voulons que des efforts soient faits en matière de rééquilibrage. Trop de jeunes Kanak, pourtant diplômés, ne trouvent pas de travail. Avec Internet, c’est très facile de recruter des gens de l’extérieur, plus malléables. C’est un détournement de la protection de l’emploi local.”

L’USTKE avertit que, faute de signaux forts, elle n’hésitera pas à descendre dans la rue sur ce thème.

Inscriptions automatiques

Demain, le Rassemblement indépendantiste et nationaliste (RIN) organise une manifestation qui partira du Mwa Ka à Nouméa, à 11 heures, pour réclamer l’inscription automatique de tous les Kanak sur la liste du référendum. Le RIN comprend dans ses rangs le Parti travailliste, étroitement lié à l’USTKE qui revendique sa qualité de syndicat engagé politiquement.

Donc, logiquement, l’USTKE appelle à participer à la manifestation. Tout en regrettant qu’après celle de 2016, il en faille une nouvelle en 2017 pour faire aboutir cette revendication.
Le droit français ne rend en effet pas obligatoire l’inscription sur les listes électorales. C’est un acte volontaire. Et si l’on ne s’est pas inscrit sur la liste générale, on n’a pas vocation à l’être sur la liste du référendum.

C’est à cette règle, posée par la “puissance administrante”, que plusieurs mouvements indépendantistes réclament qu’une exception soit faite au nom du caractère très spécifique de ce référendum d’autodétermination de 2018.

 

Les Nouvelles calédoniennes

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete