Nouvelle-Calédonie – Malathion, oui ou non ?

    lundi 23 mars 2015

    Le malathion a été classé cancérogène « probable chez l’homme » par une agence de l’Organisation mondiale de la santé. Un argument de plus pour les partisans de l’interdiction des épandages. Les autorités, discrètes, invitent à considérer ses bénéfices.
    Chaque été, la tension monte en même temps que la température dans les services sanitaires calédoniens. Dengue, chikungunya, Zika… Les risques épidémiques changent, les collectivités adaptent leur action, mais la structure du dispositif reste la même. La lutte contre les arboviroses commence par des questionnaires d’aéroport et finit par des épandages dans les foyers d’infection.
    Et ces pulvérisations de biocides, pratiqués ponctuellement et seulement à Nouméa, font grincer des dents. En cause : le malathion, qui a peu à peu remplacé la deltaméthrine dans les tuyaux du Sipres (Service d’inspection des risques environnementaux et sanitaires). Le produit, qui n’est plus autorisé en Europe depuis 2009, concentre les critiques d’associations environnementales et de collectifs de riverains qui dénoncent, notamment, un risque pour la santé humaine. Leurs suspicions viennent d’être confortées, et pas par n’importe qui : par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
     
    Etudes. Vendredi, le malathion et quatre autres pesticides ont été classés cancérogènes « probables chez l’homme » par l’Agence internationale de recherche sur le cancer (IARC). Basé à Lyon, l’organe scientifique de l’OMS prend des précautions, et précise d’emblée que les « preuves sont limitées ». Reste que sa publication cite plusieurs études menées depuis 2001 sur des cas d’exposition humaine dans l’agriculture ainsi que sur des cobayes animaux en laboratoire. Et qui établissent un lien entre le malathion et le développement de cancers du sang et de la prostate, ainsi que de perturbations hormonales. « Il revient aux gouvernements et aux autres organisations internationales de recommander des réglementations de santé publique », précise l’agence.
     
    Moustiques. Pas d’effet légal, donc, mais du grain à moudre pour les partisans de l’interdiction des épandages, comme Ensemble pour la planète (EPLP), qui la soutenait il y a moins de dix jours devant le tribunal administratif de Nouméa. Reste à savoir si ces nouvelles informations pèseront dans la décision des juges, attendue dans les jours à venir. « Si ça n’est pas le cas, nous ferons appel, lance la présidente de l’association, Martine Cornaille. L’OMS, une grosse machine avec beaucoup d’inertie, fournit un argument de plus en faveur de notre action, mais nous nous basons déjà sur des sources scientifiques indiscutables. La nocivité du malathion et notamment sa neurotoxicité, sont connues depuis longtemps. »
    Principale interrogation d’EPLP : « Comment expliquer que la France n’accepte pas l’utilisation de ce produit dans ses départements d’outre-mer, soumis au même aléa d’arboviroses, et que le gouvernement calédonien, si ? »
    Autorités sanitaires et représentants politiques ont rarement débattu de la dangerosité de l’insecticide, mais justifient régulièrement les épandages par « des dosages inoffensifs pour l’homme » et l’absence d’alternatives dans la lutte contre les moustiques adultes. Hier, à la mairie comme au gouvernement, on ne se bousculait pas pour commenter la nouvelle… Un début de revirement sur le malathion ? Pas sûr. « La Polynésie a été ravagée par le chikungunya cette saison, la Nouvelle-Calédonie, non, souffle-t-on du côté de la mairie. La différence, c’est le malathion. » Après plus de dix ans de polémique, la question du rapport entre le bénéfice et le risque reste ouverte. « Justement, reprend Martine Cornaille, nous leur reprochons de ne jamais avoir cherché à l’évaluer. »
     
    LNC

    Mausy 2015-03-23 12:02:00
    Les autorités locales de Guyane viennent d'interdire l'usage du Malathion.
    Il serait cohérent que celles de Polynésie en fassent autant, dans l'attente d'une décision définitive concernant le bon ou le mauvais usage, le bénéfice ou le risque, dans l'utilisation de ce pesticide dans la lutte antivectorielle.

    Toute l'actualité chik sur www.chikungunya.net
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete