NOUVELLE-CALÉDONIE – Multiplication des cas d’atteintes ophtalmiques, la direction des affaires sanitaires et sociales enquête

    mardi 23 mai 2017

    DENGUE

    L’œdème qui peut se former au niveau de la macula chez les personnes atteintes par la dengue est notamment visible grâce à une angiographie rétinienne. (© LNC)

    Pourquoi y a-t-il plus d’atteintes ophtalmiques au cours de cette épidémie de dengue que lors des précédentes ? C’est pour répondre à cette question que la direction des affaires sanitaires et sociales (Dass) lance un appel. Elle souhaite “rencontrer des personnes qui ont été concernées par ces problèmes ophtalmiques” et les invite à se manifester auprès d’elle.

    “On connaît les signes les plus classiques comme la fièvre ou les maux de tête. Les complications ophtalmiques, qui consistent en une baisse de l’acuité visuelle de l’un ou des deux yeux, sont habituellement rares, mais elles semblent beaucoup plus fréquentes cette année”, souligne le Dr Anne Pfannstiel, médecin à la Dass.

     

    Attaque du virus ou réaction du corps ?

     

    Dans un premier temps, le but est donc de vérifier si cette impression est fondée. Car, même dans les cas où la maladie a été déclarée auprès de la Dass, ce qui est obligatoire, cette donnée ne remonte pas forcément, car “les manifestations apparaissent souvent après l’appel que nous passons aux malades pour confirmer le diagnostic. Et ils ne nous rappellent pas pour nous en faire part”.

    Dans un second temps, il s’agira, le cas échéant, “de comprendre pourquoi il y a eu plus d’atteintes de ce genre que d’habitude et de tenter de trouver les facteurs de risques pour travailler sur la prise en charge”, détaille-t-elle.

    Les personnes concernées sont donc celles “pour lesquelles le diagnostic de dengue a été posé, et déclaré, par un médecin et qui ont ressenti des troubles visuels dans le mois qui a suivi”.

    Cette fréquence inhabituelle est également relevée au sein du service d’ophtalmologie du CHT, confirme la chef de service, Erica Mancel : “Il y a deux ou trois ans, nous avions eu quelques cas de maculopathies, autant sur toute l’épidémie que dans le courant de la seule semaine dernière.” Pourquoi une telle flambée ? La question reste pour le moment sans réponse. D’autant que “nous ne sommes pas égaux devant la maladie. Tous les patients qui ont une dengue n’ont pas d’atteinte oculaire. On ne sait pas si elles sont dues à une attaque du virus ou s’il s’agit d’une réaction auto-immune du corps”, développe le Dr Hervé Conrath, ophtalmologue au Médipôle.

    Pour l’heure, il est possible pour les médecins, grâce à différents examens, de mesurer dans le détail cette inflammation très localisée au niveau de la macula, le centre de la vision fine, mais pas de la soigner. “Ce qui est difficile à expliquer aux malades est que nous ne disposons pas de traitement”, reconnaît le praticien. Une consultation ophtalmologique n’est cependant pas superflue : “Cela permet de faire un bilan initial et d’avoir un suivi car il n’y a que très peu de cas dans lesquels l’œdème ne régresse pas.”

    En revanche : “Il ne faut surtout pas prendre de cortisone au risque de faire flamber une maladie infectieuse sous-jacente.” De même, “le tabac est un cofacteur aggravant. Mieux vaut donc s’abstenir de fumer”, conseille-t-il.

     

    Les Nouvelles calédoniennes

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete