Nouvelle-Calédonie – Une nouvelle ère avec l’Australie

    vendredi 14 octobre 2016

    nouvelle calédonie australie

    L’ambassadeur de France en Australie Christophe Lecourtier, les président et vice-président du gouvernement Philippe Germain et Jean-Louis d’Anglebermes, ainsi que le haut-commissaire Thierry Lataste, entourent Julie Bishop, ministre australienne des Affaires étrangères. (© LNC)

     

    L’horizon des collaborations renforcées s’élargit. Après la récente signature avec la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie s’apprête à travailler cette fois avec l’Australie sur un “plan conjoint de coopération” multidisciplinaire. L’intention a été clairement validée, mercredi dans la capitale australienne Canberra, lors d’une rencontre entre Julie Bishop, ministre australienne des Affaires étrangères, et Philippe Germain, président du gouvernement calédonien, en présence du haut-commissaire Thierry Lataste.
    À l’image de l’accord passé et inédit avec le pays kiwi en marge du Forum des îles du Pacifique, de nombreux domaines seront explorés avec la nation aussie. C’est-à-dire l’éducation, la santé, le sport, la recherche, la gestion de l’environnement… Et bien sûr le développement économique et le tourisme.
    “L’ensemble de ces dossiers sont bien perçus”, se félicite le patron de l’exécutif calédonien, à l’issue de son entrevue au Parlement. Un schéma est donc posé. Cet entretien vient d’approuver les grands principes de coopération, qui vont aboutir à la rédaction d’une feuille de route, qui elle-même va être déclinée en mesures à élaborer avec l’Australie.

    L’offre “Colombo”

     

    La signature de ce nouveau “plan conjoint de coopération” pourrait intervenir au premier trimestre ou semestre 2017. Pourquoi pas à l’occasion d’une visite en Nouvelle-Calédonie ? Keith Pitt, ministre délégué australien en charge du Commerce extérieur, du Tourisme et des Investissements, entend poser le pied à La Tontouta en début d’année. Julie Bishop a également exprimé un souhait identique, sans fixer de calendrier pour l’instant.
    À Canberra, la ministre des Affaires étrangères “nous a fait une annonce”, observe Philippe Germain. Une déclaration soulignant la proposition d’intégrer la Nouvelle-Calédonie, tout comme d’ailleurs la Polynésie française, au programme australien dénommé le “nouveau plan Colombo”. Ce dispositif national lancé en 2014 permet aux Australiens, désireux d’étudier à l’extérieur du pays, de bénéficier d’une bourse pour plancher, entre autres, dans les universités du Pacifique.
    Dans l’idée, la Nouvelle-Calédonie pourrait donc figurer dans la liste des territoires, aux côtés des îles Cook par exemple et même de l’Inde, pouvant accueillir ces jeunes voisins. Un courrier signé de Julie Bishop doit très vite être adressé aux autorités calédoniennes pour formaliser l’offre.Des discussions s’enchaîneront ensuite autour des moyens, des disciplines ou encore du calendrier. Le principe central étant de développer les liens dans la région.
    “Julie Bishop est très intéressée par la question de l’éducation”, note le président du gouvernement. Les thèmes de l’accès aux diplômes anglais nécessaires à toutes formations universitaires, de leur coût en Australie – tarif résident et tarif étranger –, ou encore de la reconnaissance des diplômes, ont été naturellement évoqués. Tout comme, dans un tout autre registre, la gestion du parc de la Mer de Corail, et la contribution de la Nouvelle-Calédonie en faveur de la stabilité politique et économique dans la région. Beaucoup en sont persuadés, la récente intégration de la Nouvelle-Calédonie, en tant que membre à part entière du Forum des îles du Pacifique, lui confère une position nouvelle dans les discussions.

    LNC

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete