Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Nouvelle-Calédonie – Sécheresse : du jamais-vu depuis 56 ans dans le nord

lundi 21 août 2017

sécheresse

Au nord du Caillou, la sécheresse qui s’abat depuis plusieurs semaines inquiète. Forcément, cet épisode a des répercussions sur les troupeaux et les productions maraîchères. (© LNC)

Sur leurs champs craquelés et sous un ciel sans nuage, ils regardent désespérément là-haut, dans l’espoir d’y voir revenir la pluie. Une sécheresse inhabituelle s’abat sur le nord du Caillou où il n’est pas tombé une goutte depuis des semaines. Un phénomène inédit pour la période hivernale.

Cultures maraîchères assoiffées, cours d’eau à sec, les paysages sont, à certains endroits désertiques, calcinés par le soleil. Il faut remonter 56 ans pour retrouver des mois de juin et de juillet aussi secs que ceux que la zone VKP vient de vivre. “C’est simple, il ne pleut pas. Pas la moindre goutte”, s’alarme Guy Monvoisin, président du syndicat des éleveurs. Il sait de quoi il parle, lui, l’éleveur de Pouembout.

La commune, durement frappée par cet épisode climatique, a atteint péniblement les trois millimètres de précipitations le mois dernier. L’inquiétude est forcément partagée par Gérard Pasco, le président de la Chambre d’agriculture, qui estime que cette sécheresse est “comparable à celles des années 1995”. “On se croirait en novembre. Un temps aussi sec en août, c’est hallucinant”, poursuit-il. “Si ça continue, on va tout droit vers un désastre. Il faut à tout prix sauver les vaches des troupeaux parce que les difficultés s’accumulent. C’est impensable d’être dans une telle situation alors que ce n’est pas encore la saison sèche…”, se plaint Guy Monvoisin.

Si le nord du pays est touché, le reste du Caillou n’est pas non plus épargné par cette sécheresse. “Je tiens grâce aux réserves d’eau installées par la province Sud”, avance Pascal Vernier, producteur de cucurbitacées et de tubercules à La Tamoa. “Même si la terre est sèche autour des cultures, la production ne souffre pas pour l’instant.” Mais les lendemains s’annoncent compliqués.

Cet épisode de sécheresse “sévère” s’explique par “des conditions atmosphériques défavorables aux précipitations”, explique Alexandre Peltier, météorologue. Ce responsable du département climatologie de Météo-France NC remarque qu’“au niveau du Pacifique sud-ouest, il y a un niveau de pression atmosphérique élevé, ce qui a pour effet d’empêcher les perturbations pluvieuses qui viennent d’Australie”.

 

Aucune perspective d’amélioration

 

Les yeux rivés sur ses écrans de prévision, Alexandre Peltier remarque que “rien ne se dessine pour une atténuation de la sécheresse”. “Sur certaines communes, le niveau de pluviométrie est du jamais vu depuis 1961. L’ensoleillement va être plus important, les températures et les alizés vont augmenter. Ce sont des conditions qui ne sont pas favorables pour atténuer le stress hydrique du sol et des végétaux”, conclut le météorologue.

Avec des conséquences bien visibles comme les premiers incendies de forêt et une baisse spectaculaire du niveau des rivières.

 

Les Nouvelles calédoniennes

 

 

20
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete