Habillage fond de site

NOUVELLE-CALÉDONIE – Thierry Santa réélu au perchoir dès le deuxième tour

jeudi 20 juillet 2017

Thierry Santa éléction juillet 2015

Thierry Santa a été élu pour la première fois en juillet 2015 à la présidence du Congrès de Nouvelle-Calédonie. (©Photo : LNC)

L’incertitude aura été de courte durée, hier matin, lors de la séance solennelle du Congrès. Thierry Santa a été réélu à la présidence de l’institution dès le deuxième tour de scrutin. Il entame ainsi son troisième mandat d’un an à la tête de l’assemblée délibérante de Nouvelle-Calédonie.

C’est Nicole Robineau, en qualité de doyenne, qui a présidé au début de la séance. Comme prévu, trois candidats ont été présentés par leurs groupes politiques. Thierry Santa au nom du nouvel intergroupe Calédonie ensemble, Rassemblement-LR, et MPC ; Roch Wamytan au nom du groupe UC-FLNKS et Nationalistes, et au nom du groupe UNI ; enfin Grégoire Bernut a été présenté par le groupe Les Républicains calédoniens de Sonia Backès.

À l’issue du premier tour, chacun a fait le plein des voix de ses troupes. Roch Wamytan est arrivé en tête avec 25 voix, suivi par Thierry Santa 23 voix, et enfin par Grégoire Bernut et les six voix de son groupe. Le candidat de Sonia Backès s’est désisté dès le deuxième tour, Thierry Santa l’a donc emporté avec 29 voix contre 25 à Roch Wamytan.

“Il s’agissait pour nous de nous affirmer en tant que groupe politique, mais il n’était pas question de nous maintenir sur les trois tours, au risque de faire élire un indépendantiste, ce que nos électeurs n’auraient absolument pas compris”, a résumé Grégoire Bernut.

“Honneur, humilité et responsabilité”

 

Aussitôt réélu, Thierry Santa a gagné le perchoir. En 2015 et en 2016, il avait convié Philippe Germain, président du gouvernement, à prendre place à ses côtés. Changement de symbole cette année, puisqu’il a invité les quatre présidents des quatre groupes politiques constitués à l’entourer.

À savoir, Philippe Michel pour le nouvel intergroupe Calédonie ensemble, Rassemblement-LR et MPC, Roch Wamytan pour le groupe UC-FLNKS et Nationalistes, Louis Mapou pour le groupe UNI, et Sonia Backès pour Les Républicains calédoniens.

Thierry Santa a placé son discours introductif sous les signes de “l’honneur, l’humilité et la responsabilité”. Il s’est voulu rassembleur en s’adressant d’une part au monde kanak puis aux victimes de l’histoire.  “Est-il vraiment impossible de concevoir qu’une population qui a été dépossédée d’une partie de ses terres et de ses repères identitaires soit aujourd’hui en attente d’un rattrapage et de la reconnaissance d’une place particulière sur la terre de ses ancêtres ?”

Il a ensuite repris son costume d’élu Rassemblement-LR pour dire sa conviction que “ce n’est pas en répondant à la question binaire telle qu’elle est prévue aujourd’hui dans l’accord de Nouméa que nous répondrons à ce besoin de reconnaissance mutuelle”.

Il a enfin plaidé pour l’élaboration d’un “socle de communauté de destin qui synthétisera nos valeurs communes. (…) Le jour où nous aurons atteint cet objectif, alors seulement nous pourrons répondre sereinement à la question de savoir si nous souhaitons devenir indépendants ou si nous voulons rester au sein de la République française.”

 

LNC

 

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete