Habillage fond de site

NOUVELLE-CALÉDONIE – Le week-end dernier le plus meurtrier de l’année

mardi 5 septembre 2017

LNC acciden route

En moins d’une semaine, cinq personnes ont perdu la vie sur la route, à Nouméa, à Païta, à Pouébo, à Hienghène et à Bourail. Dans un de ces accidents, une consommation d’alcool est avérée. Elle est suspectée dans deux autres. (© LNC)

“Oui. Boire avant de prendre le volant, qui plus est ne pas s’attacher, c’est choisir de mourir. Monter avec des conducteurs alcoolisés, c’est choisir de mourir. Vous avez désormais le choix, la balle est dans votre camp… Pour vous aider dans ce choix, quelques images de ce week-end car les écrits semblent illisibles…”

Pour la première fois, la gendarmerie nationale, après avoir déploré quatre nouvelles victimes en un seul week-end, a décidé de publier sur Internet les photographies des carcasses de voiture où des personnes ont perdu la vie. Une communication qui change pour un phénomène combattu depuis plusieurs années… sans succès.

Les causes de ce fléau ? Invariablement les mêmes : l’alcool (comme dans le cas de l’accident mortel qui s’est produit samedi dernier à Houaïlou), la vitesse et le non-port de la ceinture de sécurité. Le message ? Inlassablement le même : “Soyez responsables”. Le résultat jusqu’ici : quasi nul.

“C’est un message d’alarme qui doit sonner fort dans les oreilles des conducteurs, précise le capitaine Leblanc, en charge de la sécurité routière pour la gendarmerie nationale. Les conducteurs calédoniens doivent enfin prendre conscience que lorsqu’ils prennent le volant alcoolisés, sans attacher leur ceinture de sécurité, ils augmentent de façon considérable le risque de se tuer et de tuer.”

Une volonté d’interpeller, donc, mais également de placer les gens face à leurs responsabilités. “Ce ne sont pas de simples accidents dus à la malchance. La malchance, c’est un cheval qui traverse, un rocher qui roule sur la route. Nous sommes tous complices quand nous ne retenons pas une personne alcoolisée qui veut prendre le volant. Notre responsabilité morale est engagée. Rouler sans attacher sa ceinture ni celles des passagers, c’est l’éjection assurée et, dès 50 km/h, c’est la mort.”

Faut-il mettre plus de gendarmes sur les routes ? Le capitaine précise que vendredi et samedi derniers, au soir, une vingtaine de patrouilles étaient sur les routes. “Mais on ne peut pas être partout, déplore-t-il. Nous avons d’autres missions à assurer.”

Les militaires assurent ne jamais tomber dans la résignation, mais “ce sont les gendarmes qui doivent annoncer à un enfant qu’il est orphelin ou encore à des parents qu’ils ont perdu leur enfant”.

Les contrôles vont donc se poursuivre. “Ce qui n’empêche pas que les gens doivent nous aider en étant responsables, pour leur vie et celles des autres.”

Ceux qui prennent des risques et qui causent la mort de leur passager ou d’un autre conducteur portent, en plus du poids de la culpabilité, celui d’une condamnation. Jugés pour homicide involontaire, ils encourent jusqu’à cinq années de prison.

C’est le cas du chauffeur qui, sous l’emprise de l’alcool, a effectué, à bord de son Dacia Sandero une sortie de route, samedi dernier, au matin, à Bourail, causant la mort d’un des passagers, âgé de 28 ans. Incarcéré hier, dans la journée, il devrait être présenté devant les juges dans la matinée.

 

Les Nouvelles calédoniennes 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete