Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Nouvelle-Calédonie – Il y aura onze membres dans le prochain gouvernement

vendredi 25 août 2017

gouvernement NC

Les élus se retrouveront jeudi prochain pour élire, à la proportionnelle, les onze membres du gouvernement collégial. (© LNC)

C’était hier l’acte I de la formation du quinzième gouvernement calédonien depuis la signature de l’accord de Nouméa. Comme le veut la loi organique, le Congrès s’est réuni en séance plénière pour fixer le nombre de membres que comportera le prochain exécutif.

Selon l’article 109 de cette loi, le nombre peut être compris entre un minimum de cinq et un maximum de onze. Comme à chaque fois ou presque, c’est le maximum de onze membres qui a été retenu. Les élus du Congrès ont fait ce choix à l’unanimité.

Une seule fois sur quinze, le Congrès avait fixé à dix, et non à onze, le nombre de membres de l’exécutif. C’était sous le deuxième gouvernement présidé par Pierre Frogier, constitué en novembre 2002.

Rarement séance du Congrès aura été aussi brève. Pas de discussion générale, pas d’explication de vote. La séquence aurait duré moins de quinze minutes si le président Thierry Santa n’avait pris l’initiative de rendre hommage aux victimes de l’attentat de Barcelone, puis de demander une minute de recueillement à l’assistance.

Le processus est en route mais il n’est pas fini. Aujourd’hui, chaque groupe politique constitué au Congrès doit déposer une liste de candidats au secrétariat général de l’institution. Chaque liste devra être composée de onze noms, plus trois suppléants, soit quatorze.

Pourtant, le scrutin aura lieu à la proportionnelle, sur un tour, et l’on sait très bien qu’un groupe comme Les Républicains calédoniens n’obtiendra qu’un siège au gouvernement.

 

Arithmétique

 

À partir du dépôt des listes, le haut-commissariat disposera de cinq jours pour contrôler l’éligibilité de chacun des candidats. C’est jeudi prochain, 31 août, que se tiendra au Congrès la séance solennelle d’élection des membres du futur gouvernement.

L’issue du scrutin ne laissera guère de suspense puisque chaque élu va voter pour les candidats de la liste déposée par le groupe politique auquel il est rattaché. À ce jeu strictement arithmétique, les élus de la Plateforme enverront cinq membres au gouvernement, ceux du groupe UC-FLNKS et Nationalistes en enverront trois, ceux de l’UNI en enverront deux, et le groupe des Républicains calédoniens aura droit à un membre. Ensuite, sur demande du haut-commissaire, les onze nouveaux membres se réuniront pour élire leur président et leur vice-président.

Et c’est là que ça va gripper. Philippe Germain sera candidat à sa succession. Mais il n’obtiendra sans doute pas la voix du sixième loyaliste, issu des Républicains calédoniens. Il faudra sans doute du temps et des arguments pour le convaincre. Cela dit, à Calédonie ensemble, on fait remarquer qu’un groupe de six élus sur 54 ne peut pas paralyser durablement l’institution sans s’attirer les foudres de l’opinion.

À voir. En tout cas, tant que le futur président ne sera pas élu, le nouveau gouvernement ne sera pas constitué et c’est l’actuel exécutif qui expédiera les affaires courantes.   

Les Nouvelles calédoniennes

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete