Habillage fond de site

Nouvelle campagne de sensibilisation intitulée “Nous sommes la Polynésie”

mercredi 2 novembre 2016

Quelques extraits du clip bilingue de la nouvelle campagne de sensibilisation au tourisme “Nous sommes la Polynésie”. (Captures vidéo : DR)

Quelques extraits du clip bilingue de la nouvelle campagne de sensibilisation au tourisme “Nous sommes la Polynésie”.
(Captures vidéo : DR)

 

 

Après la campagne “Mets un sourire à ton accueil”, “I love my Fenua”, place à la nouvelle campagne de sensibilisation au tourisme, “Nous sommes la Polynésie”. “Le centre d’intérêt de notre destination (…) ce sont les gens”, a expliqué à La Dépêche, le ministre du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou, lundi. La population est au cœur de vidéos bilingues, diffusées depuis quelques jours à la télé et sur le web. Cette campagne sera officiellement présentée ce matin.

 

 

Comment avez-vous choisi l’agence de communication en charge de cette nouvelle campagne de sensibilisation au tourisme ?
Cela fait partie de notre plan stratégique que de mener une communication vers les Polynésiens, pour qu’ils prennent conscience qu’ils doivent être acteurs du développement touristique. Le choix a été réalisé par un comité interministériel – tourisme, éducation, économie, environnement et culture –, composé de ATN, de Tahiti Tourisme et du photographe Tim McKenna.

Quel est l’angle de cette campagne ?
Le centre d’intérêt de notre destination, au-delà de ce qui est connu à l’extérieur (beauté de nos paysages, lagons, biodiversité), c’est les gens : l’homme, la femme et l’enfant qui vivent leur culture, par leur langue et leur générosité. C’est cela le message.

Quels seront les supports de communication ?
La télé et le web, c’est la première vague, qui va durer un mois. Une communication à travers la presse écrite est également prévue. Puis, nous aurons une nouvelle vague de communication audiovisuelle, à partir de février prochain, avec quatre films qui vont décliner, dans le détail, ce que le tourisme apporte au Polynésien.

La dernière campagne date de 2001. Y avait-il besoin d’une piqûre de rappel ?
Oui. On a besoin de sensibiliser la population, sur le rôle individuel. Il ne faut pas croire que le tourisme n’intéresse que le gouvernement et les professionnels, non, cela nous concerne tous.
Comme nous sommes dans une stratégie de développement du tourisme, de réouverture d’hôtels, il faut que cela soit accompagné de messages pour une prise de conscience générale.

 

Vous avez parlé de “smart tourism” à savoir Internet gratuit, partout, pour les touristes. N’est-ce pas un peu utopique avec le débit local ?
Ce n’est pas utopique, mais cela a un coût en ce qui concerne la prise en charge des bandes passantes. C’est une volonté que nous avons. On constate que le meilleur vecteur de promotion du tourisme chez nous ou ailleurs, c’est l’utilisation des moyens du type smartphone et la communication des touristes sur les réseaux sociaux. On peut toujours continuer à faire des parutions dans la presse mondiale spécialisée ou au travers des tour-opérateurs, mais les meilleurs acteurs et vecteurs de la promotion, ce sont les gens eux-mêmes et leurs amis, leurs réseaux, leurs familles.
Plus on amènera cette facilité à pouvoir communiquer, à se connecter dès l’aéroport et ensuite partout, pour partager son expérience polynésienne, plus on aura des retours, plus on aura des touristes tentés de venir chez nous.
Ce n’est pas du domaine du rêve. Un ou deux pays ont commencé à le faire (Taïwan, NDLR) et notre souhait est de le faire ici, en prenant les îles à vocation touristique comme Tahiti, Moorea et Bora Bora dans un premier temps, puis Rangiroa, une fois que le câble domestique sera installé.

Propos recueillis par Christophe Cozette

 

 

 

 

Retrouvez ici la vidéo : http://www.ladepeche.pf/video/nous-sommes-la-polynesie/

 

 

300
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete