Habillage fond de site

Nouvelle donne dans les transports publics

jeudi 15 mars 2018

 

bus transport commun

C’est officiel. La procédure pour renouveler la délégation de service public sur les transports terrestres de l’île de Tahiti est lancée.

Un “avis de concession” a été publié le 13 mars, au Journal officiel, invitant les candidats à déposer leurs dossiers avant le 15 mai. Les candidats devront montrer patte blanche, et fournir la preuve de leur bonne santé financière – le coût du futur contrat est de l’ordre de 600 millions de francs –, du respect de leurs obligations fiscales et sociales, et de leur capacité technique et professionnelle.

Rappelons que les délégations de service public actuelles (côte est, côte ouest et transports scolaires) datent de 2001. Conclues pour 12 ans, elles ont été prorogées à plusieurs reprises, et arrivent à échéance le 26 décembre 2018.

Entre-temps, les constats d’échec ont été nombreux et abondamment commentés, notamment à l’occasion de l’adoption du schéma directeur des transports terrestres, en août 2017, ou du dernier rapport en date de la chambre territoriale des comptes, en février.

Les délégataires actuels totalisent 114 véhicules en état de marche, et l’âge moyen du parc est de 11 ans. Mais il n’est pas question de remplacer ce système par une régie du Pays, c’est-àdire une gestion directe. Le Pays devrait non seulement intégrer dans la fonction publique les employés des sociétés existantes, mais aussi porter le risque industriel et commercial, ce qu’il “n’a pas vocation” à faire. En revanche, une participation financière du Pays, sous la forme d’une contribution forfaitaire, pourra être décidée avant la signature, et ses modalités de versement seront à définir, selon les résultats de l’exploitation du service et les rapports annuels que devra fournir le délégataire.

La chambre territoriale des comptes estime que le coût global des transports terrestres supporté par le Pays est supérieur à 1,3 milliard de francs par an, dont la moitié pour le transport scolaire. Le marché n’est pas divisé en lots, contrairement à la situation actuelle, où trois délégataires se partagent la tâche (NTCE pour la côte est, TCCO pour la côte ouest, et RTU pour les lignes urbaines), même si ces opérateurs sont regroupés en une société de gestion pour mutualiser certaines tâches comme les ressources humaines ou les relations clients.

Le contrat est prévu pour une durée de 15 ans, alors que, dans un premier temps, il était question de 10 ans – en témoignent deux arrêtés du conseil des ministres, dont le dernier date du 6 mars.

Trois millions de kilomètres par an

Aujourd’hui, les transports terrestres sur Tahiti représentent 3 millions de kilomètres par an, ou 30 000 voyages par jour, mais ce chiffre devrait rapidement atteindre 45 000 voyages quotidiens. Les lignes les plus chargées sont : Mission-Papeete (5 400 voyages), Papara- Papeete (5 000 voyages), Outumaoro-Papeete et Tipaerui- Port (4 800 voyages sur chacune), et Papenoo-Papeete (4 700 voyages).

Côté tarification, les études actuelles sont basées sur les tarifs fixés en 2012, mais “une refonte de la grille tarifaire réglementaire est envisageable à court terme afin de diversifier les différentes formules, et de favoriser le recours aux abonnements”. Le contrat prévoit que le délégataire fasse également une proposition spécifique sur l’information du public.

“L’attribution du contrat est envisagée au cours du premier semestre 2018”, selon le rapport de présentation fixant les grandes orientations de la délégation de service public annexé à l’arrêté du 28 novembre 2017. Un calendrier sans doute un peu optimiste.

C.P.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French bee propose un aller retour PPT - San Francisco à moins de 40 000 F :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete