Nouvelle-Zélande – La capitale a fêté ses 150 ans

lundi 27 juillet 2015

À l’occasion de son 150e anniversaire en tant que capitale de la Nouvelle-Zélande, Wellington a décidé de se dévoiler totalement, ou presque. Le temps d’un week-end, pas moins de quinze mille personnes ont découvert ou redécouvert les « trésors de Wellie ». Plus de quarante institutions et lieux publics ont ouvert gratuitement leurs portes au public ce week-end.
« J’en ai plus appris sur la capitale et le pays durant ces deux jours qu’en sept ans de vie en Nouvelle-Zélande ! », s’aperçoit Anya. Comme beaucoup de citoyens, la jeune femme profite de l’événement pour mettre à jour sa culture générale. « Lorsqu’on travaille, on passe devant les monuments sans vraiment les voir, justifie Michael, son mari. Mais aujourd’hui, nous sommes de simples touristes. »
Pour l’occasion, la capitale a mis les petits plats dans les grands, proposant des visites inédites de la maison du Premier ministre ou encore des animations originales. « C’est la première fois que nous jouons au sein même du Parlement, remarque Vanya Mateeva, second violon de l’orchestre national symphonique. Il fallait bien un tel anniversaire pour organiser une représentation de la sorte. »
 
Centrale. Cent cinquante bougies. Voilà un siècle et demi que le pouvoir politique néo-zélandais siège au 33, Molesworth Street, dans le quartier de Thordon, à Wellington. « Plusieurs années avant de prendre la décision de le déplacer d’Auckland, le politicien James Edward Fitzgerald suggérait déjà que le gouvernement soit positionné dans une ville plus centrale de la colonie », explique l’ancien Premier ministre Geoffrey Palmer. Un conseil finalement suivi en 1865, la chambre des représentants tenant sa première assemblée officielle à Wellington le 26 juillet de cette année après une décision prise… par des politiciens australiens. « Du fait de son emplacement géographique, les commissaires de Nouvelle-Galles du Sud, de Victoria et de Tasmanie, jugés plus impartiaux, firent le choix de Wellington comme nouvelle capitale de la colonie britannique, dans un rapport aussi connu pour être le premier de Nouvelle-Zélande que pour sa concision : le texte ne dépassant pas une page ! », ironise l’ancien Premier ministre.
 
Trophée. Accroissement économique, éveil de sa vie culturelle, Wellington n’a, depuis, jamais cessé de se développer. Au point de devenir une capitale à plusieurs niveaux. « La nouvelle cour suprême, réalisée en 2010, est un vrai chef-d’œuvre, s’étonne Monika. Son design moderne était réputé, mais je ne m’attendais pas à ça : c’est tout simplement magnifique ! » Le bâtiment de la juridiction la plus élevée du pays a reçu le trophée national de l’architecture en 2011. Outre les institutions ouvertes et animées, la capitale a célébré ses cent cinquante ans en organisant une grande fête d’anniversaire samedi soir, avec un spectacle son et lumière projeté directement sur la façade du Parlement. « Nous avons passé trois mois à travailler sur ce projet complexe », raconte Anna Brown, directrice du studio de création Open Lab de l’université Massey.
La soirée s’est clôturée par un concert de Dave Dobbyn, « une institution vivante de la musique néo-zélandaise », devant plus de dix mille personnes. Mais la fête ne s’arrête pas là : le Parlement vient de lancer son propre festival, prévu pour durer jusqu’au 5 août.
 
Les Nouvelles Calédoniennes

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete