Nuku Hiva – Des jardins exemplaires pour lutter contre l’obésité

    mercredi 7 décembre 2016

    jardin potager

    De nombreux semis de légumes sont plantés au CED avant d’être acheminés vers les jardins pédagogiques initiés par Frère Rémy Quinton et Stéphanie Nouel. (© Marie Edragas/LDT)

     

    La cellule de promotion de la santé aux Marquises et le Centre d’éducation au développement ont uni leurs énergies pour promouvoir concrètement une alimentation plus saine, garante d’une bonne santé.

     

    En collaboration avec le ministère de la Santé, la Caisse de prévoyance sociale (CPS) finance depuis le mois de septembre une trentaine de projets de lutte contre l’obésité, le diabète et plus généralement, des maladies liées au mode de vie, à travers le Pays.

    Parmi ces projets, il y a celui initié par la cellule de promotion de la santé aux Marquises et le Centre d’éducation au développement (CED) spécialisé dans les métiers de l’agriculture ; ensemble, les deux établissements dirigés respectivement par Stéphanie Nouel et Frère Rémy Quinton, ont mis en place un programme en trois axes visant à faciliter l’accès à une alimentation équilibrée.

    Dans un premier temps, Mme Nouel et Frère Quinton se sont associés à l’association Mauia du CED puis à Gloria Gendron, Alex Huuti et Axel Teikihakaupoko trois anciens élèves diplômés du lycée agricole, pour mettre en place des jardins familiaux pédagogiques.

    “Il s’agit là, explique Stéphanie Nouel, de cibler les familles nécessiteuses par rapport à l’obésité et les difficultés financières puis de leur proposer de réaliser chez eux un petit potager centré sur des légumes comme les tomates, choux, haricots, salades, poivrons, navets.”

    Les semis sont alors cultivés au sein du CED par Gloria, Alex et Axel, avant d’être proposés aux familles. Deux autres jardins pédagogiques ont vu le jour à la Maison de l’enfance puis à la cellule de promotion de la santé située tout près de l’hôpital marquisien, les deux lieux sont ouverts au public et ont pour but de montrer aux enfants comme aux adultes qu’une alimentation raisonnée c’est d’abord la consommation de produits sains.

    Le deuxième axe du projet qui débutera en janvier prochain, consiste à vendre des paniers de légumes à la population de Nuku Hiva. “L’idée, explique Frère Rémy Quinton, c’est de proposer chaque semaine des paniers composés uniquement de légumes de saison cultivés sans pesticides. Cela incitera les gens à mieux manger puis du même coup, permettra à Gloria, Alex et Axel qui sont aujourd’hui patentés, d’avoir un marché sur le plan local.”

    Quand au troisième volet qui, lui aussi, verra le jour à la rentrée de 2017, il consistera à réhabiliter le parcours santé du CED puis à organiser, une fois par semaine, une marche suivie d’un repas composé de produits du terroir cultivés dans l’enceinte de l’établissement agricole.

    Tout un programme qui devrait inciter la jeunesse de Nuku Hiva et ses aînés à prendre conscience qu’une alimentation saine a une influence certaine sur la santé.

     

    De notre correspondante Marie Edragas

     

    potager jardin faapu

    Depuis plusieurs semaines, tomates, concombres, navets, radis, choux, aubergines et haricots sont plantés à Taiohae afin de proposer dès le mois de janvier à la population, des paniers de légumes de saison, cultivés sans pesticides. (© Marie Edragas/LDT)

    jardin potager faapu

    Gloria Gendron, détentrice d’un Bac Pro en agriculture, cultive en hydroponie des salades qui seront prochainement proposées à la population. (© Marie Edragas/LDT)

    potager jardin faapu

    Alex est un ancien élève du CED. Aujourd’hui patenté, il n’a pas hésité à participer à cette action de sensibilisation à l’importance d’une alimentation saine. (© Marie Edragas/LDT)

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete