Nuku Hiva : le corail et la faune sous-marine à l’étude

    mercredi 1 octobre 2014

    Gilles Siu, en charge de la base de données des sondes multiparamètres, et Vetea Liao, préposé au suivi corallien au sein du Centre de recherches insulaires et observatoire de l’environnement (Criobe) de Moorea, sont en mission à Nuku Hiva.
    Cette mission, qui a lieu tous les deux ans dans les eaux marquisiennes, a pour but de recenser les poissons et les coraux existants, afin de faire le lien entre leur présence et les phénomènes climatiques.
    “Concrètement sous l’eau, explique Gilles Siu, il s’agit d’une part pour Vetea de poser un cadre sur le sable, au même endroit tous les deux ans, et de photographier le périmètre pour connaître le recouvrement corallien. Pour ma part, je recense et photographie sur un transect de 50 mètres de long l’ensemble des poissons ; leurs espèces, leurs tailles et leur nombre. C’est une étude à très long terme qui a débuté pour Nuku Hiva en 2008.”
    Ces recherches entrent dans le cadre d’un réseau de suivi périodique, géré par le Criobe, appelé Polynesia Mana, qui s’étend sur l’ensemble du Pacifique sud. Ainsi, Vetea et Gilles sont amenés, tout au long de l’année, à effectuer les mêmes recensements dans plusieurs îles de Polynésie française, mais également à Christmas Island, aux îles Cook, aux Samoa, Tonga, à Pitcairn, Kiribati, Niue, Tokelau ou encore à Wallis-et-Futuna.

    Des eaux riches en plancton

    “Ce travail nous permet de comparer les îles entre elles et de suivre l’évolution du récif et des poissons en cas de catastrophes naturelles comme les cyclones, les tsunamis ou encore celles liées à la présence de taramea”, précise Vetea Liao. “Le premier constat que nous pouvons faire aux Marquises, c’est que la diversité corallienne est très pauvre. En revanche, il y a une densité de poisson énorme. C’est une vraie particularité car on pense souvent que les poissons ont besoin du corail, notamment en guise d’habitat, pour vivre. Nous voyons bien ici qu’une partie des poissons se satisfait de corail mort. Par ailleurs, les eaux marquisiennes sont très riches en plancton, ce qui explique entre autre la présence en grand nombre, et ce bien plus qu’ailleurs en Polynésie, de raie mantas dont c’est l’aliment.”
    À l’occasion de leur mission marquisienne, et pour compléter la base de données récoltées, les deux jeunes scientifiques ont également posé à 45 mètres de profondeur, une sonde houlographe, permettant de mesurer la houle et la température de l’eau. Les informations collectées par les scientifiques du Criobe de Moorea sur l’ensemble des îles du Pacifique sud sont quotidiennement mises à jour sur Internet.

    De notre correspondante Marie Edragas

    Pour informer des résultats de cette étude, le Criobe a mis en place un lien direct que l’on peut consulter à l’adresse suivante :
    http://observatoire.criobe.pf

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete