Nuku Hiva – L’élevage de reines sélectionnées permettra une meilleure production de miel

    mercredi 20 janvier 2016

    Suite de la tournée de formation de Jérôme Regnault et Christophe Bernard auprès des apiculteurs.  Le thème de cette formation était l’élevage des reines et la dynamique des colonies. Des reines performantes améliorent la qualité de la ruche et par là, la production de miel.
    Le centre de formation professionnel et de promotion agricole (CFPPA) de Moorea organise des formations en apiculture sur toute la Polynésie française. Ainsi, après Tahiti, Moorea et Raiatea c’est à Nuku Hiva qu’a eu lieu en ce début d’année un nouveau stage destiné aux apiculteurs ayant deux ou trois ans d’expérience et un minimum de cinquante ruches.
    Mise en place en collaboration avec le Service du développement rural de Taiohae ayant pour référent Rodrigue Hikutini, la formation de trois jours réunissait dix apiculteurs et avait pour thème ; l’élevage des reines et la dynamique des colonies.
    «  Pour cette formation j’ai fait appel à Jérôme Regnault qui est apiculteur en métropole, explique Christophe Bernard formateur du CFPPA.

    Améliorer les techniques

    « Notre but en tant que formateurs est de permettre aux apiculteurs marquisiens d’élever de nombreuses reines pour pouvoir les changer régulièrement dans les ruches, d’améliorer la qualité de leurs reines et donc de la production de miel. Au final, l’objectif c’est d’améliorer les techniques apicoles pour que les apiculteurs puissent produire davantage de miel et de fait, répondre aux besoins des consommateurs. »
    Ainsi au programme de la formation figurait : la biologie de la reine, des mâles, ou encore les bases génétiques. Dans le cadre de l’élevage des reines, les stagiaires se sont familiarisés avec le calendrier, le greffage, le starter et le finisseur, la récolte de cellules puis la couveuse. Ils ont appris les techniques d’introduction de reines et de constitution d’essaim.

    De notre correspondante Marie Edragas

     

    Un fort potentiel… mais pas assez de cire

    L’archipel des Marquises constitue un important centre de production apicole pour la Polynésie française. Actuellement on compte près d’une centaine d’apiculteurs amateurs et confirmés essentiellement installés sur Nuku Hiva et Hiva Oa. D’après l’intervenant du CFPPA, Christophe Bernard, la production de miel des plus importants apiculteurs marquisiens pourrait facilement doubler en l’espace de deux ou trois ans si ces professionnels appliquaient les techniques d’élevage de reines. Cependant, les apiculteurs de l’archipel sont confrontés à un problème de taille ; celui du manque de matériel et, en particulier, du manque de cire pour développer de nouveaux essaims. « En effet, Il s’agit là d’un gros handicap de départ, explique le formateur Jérôme Regnault. «La cire ionisée (pour éviter l’introduction de maladies) est produite en métropole et est sujette à un coût de fret et à des taxes très élevés, elle est par conséquent difficilement accessible aux apiculteurs du Pays. Certains ont essayé la cire en plastique mais il s’avère que les abeilles n’apprécient guère celle-ci, ce qui limite considérablement le développement des colonies. Bien sûr l’apiculteur peut aussi faire sa propre cire gaufrée en réutilisant la cire collectée au moment de la récolte du miel, mais dans la mesure où l’apiculture est en pleine expansion en Polynésie, ce système est insuffisant. C’est d’autant plus dommage aux Marquises car il y a un potentiel énorme au niveau de la miellée ; je dirais que c’est ici le paradis des abeilles car il y a de la fleur toute l’année, des rentrées de pollen conséquentes ce qui est parfaitement favorable. Il faut absolument résoudre le problème du manque de cire. »

    Propos recueillis par Marie Edragas

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete