Habillage fond de site

Nuku Hiva : pêcheurs/promoteurs : le thon monte

vendredi 13 octobre 2017

pêcheur thon

Un thonier de Tahiti a accosté, mercredi après-midi, au grand quai de Taiohae. Pendant vingt minutes, trois bateaux, sur lesquels étaient répartis une quinzaine de pêcheurs, ont tourné autour de lui afin de manifester leur mécontentement de voir arriver aux Marquises ces embarcations industrielles. (© Marie Édragas)


Les pêcheurs de Nuku Hiva, apprenant qu’un thonier de Tahiti venait relâcher à Taiohae, sont allés à sa rencontre. Ils ont tourné autour de lui pendant vingt minutes pour montrer qu’ils ne “veulent pas de cette pêche industrielle”. Après Hiva Oa, samedi dernier, une manifestation pacifiste aura lieu à Nuku Hiva, le 28 octobre, puis à Ua Pou.

Après le défilé de la population de Hiva Oa samedi dernier, c’est au tour des pêcheurs de Nuku Hiva de montrer leur désaccord face au souhait de la Communauté de communes des îles Marquises (Codim) de développer la pêche industrielle aux Marquises.

Mercredi après-midi, un thonier de Tahiti était prévu de venir relâcher au grand quai de Taiohae.

Dès son arrivée, les pêcheurs de Nuku Hiva se sont mobilisés pour montrer leur désapprobation de voir débarquer sur leur île ce type d’embarcation.

Ainsi, en l’espace de quelques minutes à peine, une quinzaine de pêcheurs et deux femmes de pêcheurs de Nuku Hiva répartis sur trois bateaux sont allés à la rencontre du thonier et ont tourné autour de celui-ci pendant une vingtaine de minutes.

“Nous avons décidé au pied levé en voyant ce thonier arriver dans la baie de nous rendre auprès de lui, explique Thierry Tekuataoa, pêcheur et prestataire de service. Nous avons voulu, par ce geste, montrer que nous ne sommes pas contents et que nous ne voulons pas voir ces thoniers dans notre archipel. Nous ne voulons pas de cette pêche industrielle qui viendrait détruire notre écosystème, notre tourisme et notre pêche artisanale. Cependant, notre démonstration était tout à fait pacifiste. Il s’agissait aussi de leur dire que nous les voyons venir et qu’on ne se laissera pas faire.”

Samedi 28 octobre, à partir de 8 heures, une manifestation pacifiste, à l’instar de celle de Hiva Oa, samedi dernier, aura lieu à Nuku Hiva, puis à Ua Pou. Celle-ci, comme la précédente, sera organisée par le collectif citoyen des îles Marquises.

De notre correspondante Marie Édragas

 

tekuataoa

 

“L’objectif de Pew, c’est d’empêcher les Polynésiens de pêcher chez eux”

thon pêche

La Conférence des océans s’est tenue à la Maison de la culture, samedi dernier. (© archives LDT)

Suite à la tenue, la semaine dernière, “d’une conférence par l’organisme Pew, appelée conférence des Océans, et avec la fronde des habitants de Nuku Hiva et de Ua Pou dont La Dépêche relate sans parti pris les positions”, la société SC Big Eye, qui promeut le projet de pêche aux Marquises, a souhaité réagir.

Dans une longue lettre de quatre pages dont nous publions les grandes lignes, Big Eye s’en prend à l’ONG qui, selon elle, “incite au désordre”.

“N’ayant pas réussi à interdire aux habitants des Australes de pêcher dans leur propre zone maritime, l’ONG américaine Pew s’en prend aux Marquises”, attaque la société.

“Stratégie ? Désinformation, rumeurs fausses et malveillantes, voire incitation au désordre, tout est fait pour discréditer la mise en œuvre d’un projet d’envergure demandé par les élus marquisiens et approuvé par le président du Pays. Tout est fait pour nuire, y compris l’organisation d’une Conférence des océans, où sont invités à se prononcer des scientifiques, à la solde de l’ONG. Des scientifiques qui ont démontré une méconnaissance totale du projet Hiva Hoa, qu’ils dénigrent.
La démarche scientifique n’est-elle pas caractérisée par la vérification de l’information à la source ? Curieusement, ces scientifiques zélés n’ont effectué aucune démarche d’information auprès de quiconque, susceptible de les informer, y compris les responsables de la société Big Eye, qu’ils accusent de faits imaginaires.

Le projet Pêche aux Marquises est avant tout un projet participatif, qui met au centre de la réflexion l’intérêt des Marquisiens et le développement économique endogène de l’archipel, souhaité par les élus des six îles.

La société Big Eye est un maillon de ce projet. Un maillon périphérique important qui ne pêchera pas dans les eaux territoriales des Marquises.

Son rôle est de pêcher au-delà des eaux marquisiennes, et dans les eaux internationales, jusqu’à l’atoll français Clipperton, au large de la côte Mexicaine.

Les bateaux qui opéreront dans la zone des 40 nautiques, zone qui constituera la zone de pêche marquisienne, seront entièrement dotés d’équipages marquisiens, travaillant en mode pêche artisanale.

 

“Quels intérêts défend Pew ?”

 

Les questions qu’il faut se poser, pour comprendre l’actuelle campagne de désinformation et de dénigrement, sont les suivantes :
– Qui est l’ONG américaine Pew ? Quel but poursuit-elle ?
– Quels intérêts défend-elle ?
– Pourquoi diffuse-t-elle de fausses ‘informations’ et mène-t-elle ainsi campagne, avec une violence qui confine à l’incitation à la haine ?
– Pourquoi les représentants de Pew s’acharnent-ils ainsi contre un projet qui vise à donner aux Marquisiens les moyens d’exploiter eux-mêmes les poissons de leurs zones de pêche, dans le respect de l’environnement et du développement durable, au lieu de les laisser aux navires étrangers ?

(…) Le président du Pays a pris position, à l’ONU, en novembre dernier, pour l’interdiction de la pêche avec senneur dans la zone du petit bassin Pacifique. Pourquoi l’ONG américaine Pew ne s’implique-t-elle pas dans cette démarche ?

Certes, s’ils ne sont pas pêchés dans la ZEE (zone économique exclusive, NDLR) polynésienne par les Polynésiens eux-mêmes, les thons et autres espèces migratrices, on le comprend, seront récupérés à ses limites avec les eaux internationales, par les navires usines et autres senneurs étrangers, américains entre autres…

L’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, NDLR) et l’IRD (Institut de recherche pour le développement, NDLR) ont estimé à 90 000 tonnes le quota de pêche à prélever dans la zone économique de la Polynésie (JOPF – Avis n° 86 du 25 Juillet 2017 – Partie III – Observations et recommandations).

Actuellement, la flotte de pêche locale pêche 6 000 tonnes de poissons. L’objectif du Pays est de doubler les prises. Celui de Big Eye est de capturer 3 000 tonnes par an avec, à la clé, la création de 600 emplois.

Quant à l’objectif de Pew, il est d’empêcher les Polynésiens de pêcher chez eux, d’empêcher la création d’emplois dans l’archipel des Marquises.

Les Marquisiens suivront-ils l’ONG américaine Pew ou refuseront-ils de se laisser spolier, comme l’ont fait les Rurutu ?”

LDT

 

686
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete