Habillage fond de site

Nuku Hiva – La peste miconia poursuit son implantation

mercredi 27 septembre 2017

miconia

Plusieurs plants de miconia adultes de plus de trois mètres de haut ont été découverts par les scientifiques. (© Marie Edragas/LDT)


Le miconia est arrivé aux Marquises dans les années 90. Depuis, cette plante invasive colonise les vallées et menace gravement la biodiversité locale, malgré les campagnes d’arrachage. Une équipe de scientifiques dresse actuellement la carte des zones déjà envahies et de celles susceptibles de l’être. Ce qu’ils ont déjà constaté sur le terrain les inquiète.

Depuis cinq jours quatre scientifiques de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française, missionnés par la délégation à la recherche du Pays, sont à Nuku Hiva pour cartographier la végétation de l’île au regard du risque d’invasion du miconia.

Cette plante envahissante originaire d’Amérique centrale est présente aux Marquises depuis les années 90. L’objectif de cette mission scientifique est d’évaluer dans quelle mesure le miconia va proliférer dans l’archipel en fonction des efforts de lutte mis en place par les autorités locales.

“Avec la cartographie de Nuku Hiva que nous réalisons actuellement, explique Revahere Taputuarai consultant en botanique, nous allons déterminer les habitats susceptibles d’être envahis par le miconia. Pour cela, nous sommes allés du côté des vallées de Taipivai et Hatiheu car nous savions que c’est notamment sur ces sites que le miconia a été découvert au milieu des années 90 à 2000. Nous sommes allés jusqu’à la forêt sèche. Nous avons également exploré le plateau de Toovii jusqu’à la forêt de nuages puis nous sommes redescendus sur Terre Déserte en faisant la route du nord de l’île qui part de l’aéroport et qui rejoints les vallées de Aakapa et Hatiheu, le tout en prenant plusieurs points GPS pour caractériser la végétation puisque nous savons que selon les habitats, selon la végétation les risques d’invasion du miconia sont différents.”

Et les premiers constats des scientifiques, à l’issue de ces repérages, ne sont pas encourageants. Il semble, en effet, que malgré les campagnes d’arrachage menées depuis quelques années par la Direction de l’environnement à Nuku Hiva, le miconia a continué de proliférer.

 

“On risque de perdre notre patrimoine naturel”

 

“Malheureusement, précise Revahere, on a vu des plantus, des jeunes pieds de miconia en bord de route dans quelques vallons. Donc, on sait que le miconia progresse, malgré les efforts de lutte et c’est cela qui nous inquiète. Il faut donc remobiliser, remotiver à la fois les autorités locales et la communauté locale sur le fait qu’il ne faut pas laisser proliférer cette plante envahissante, sinon on arrivera à la situation de Tahiti et de Moorea où toutes les forêts humides sont complètement envahies. D’autant que nous savons que les Marquises ont une biodiversité exceptionnelle avec énormément de plantes et d’oiseaux endémiques. D’ici dix ou vingt ans, si on ne lutte pas contre ce fléau -sans parler d’éradication mais au moins de lutte active- on risque de perdre ce patrimoine naturel.”

Ainsi, la cartographie en cours de réalisation par les jeunes scientifiques devrait être remise aux autorités marquisiennes puis à celles du Pays afin que des mesures de lutte efficaces soient mises en place dans les plus brefs délais.

 

De notre correspondante Marie Edragas

 

Robin Pouteau

64
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete