Habillage fond de site

Une nurserie de corail détruite à Punaauia

jeudi 24 août 2017

corail

Les tables ont été dégradées tout récemment. (© DR)

Triste découverte hier pour l’association Tamari’i pointe des Pêcheurs. Lors de leur arrivée sur les lieux de leurs tables de la concession maritime, dans laquelle l’association cultive ses coraux, c’est une ferme de boutures complètement saccagée qui a été retrouvée.

“Nous n’avons aucun doute sur le fait que ce soit un acte de malveillance”, expliquait hier par mail une des membres de l’association.

“Aussi, nous avons réuni ce matin le bureau de Tamarii en urgence. La police municipale est venue pour prendre toutes les informations. Nous avons déposé une plainte à la gendarmerie.”

“Alors oui, nous sommes tous très tristes. Nous aurions perdu près de 20 % de nos protégés et il va y avoir du travail pour réparer tout cela”, expliquait-elle aux membres de l’association dans sa missive.

Jointe par téléphone hier, Tilda Teharuru, trésorière de l’association, ne comprenait toujours pas ce geste. “C’est l’équipe de nettoyage du site qui a découvert ça, mardi, précisait-elle. Deux tables sur trois sont entièrement saccagées. La mer est basse en ce moment, ce ne peut pas être un bateau, ni la rame d’un kayak. Je pense que ces dégradations sont volontaires.”

Dans leur malheur, une touche rassurante tout de même : la mascotte Coraline, une petite statue qui a été offerte à l’association, n’a pas été touchée. L’association ne baisse pas les bras pour autant.

Un rendez-vous est d’ores et déjà donné à ces fermiers un peu particuliers, samedi matin, pour réparer les cultures de coraux.

Trois groupes de travail seront mis sur pieds pour percer les planches en PVC, faire des boutures de remplacements et mettre en place les planches de coraux.

L’association Tamari’i pointe des Pêcheurs avait lancé en 2014 une opération adopte un corail. Charlotte Mitermite, 24 ans, étudiante en Master 2 Environnement insulaire océanien à l’Université de la Polynésie française, avait été chargée de créer cette nurserie sur une concession maritime de 300 m2, accordée par la direction des ressources marines et minières (DRMM) et grâce à un partenariat avec Fenua environnement.

L’association déclarait alors : “En bord de mer, le corail disparaît à cause des comportements humains, mais aussi des apports de sédiments par des cours d’eau. Pourtant, le plus grand danger est à venir, avec le projet de développement touristique Mahana Beach, comme le contre-projet de la mairie de Punaauia, car tous les deux prévoient des remblais de terre. Or, quand on touche au bord de mer, on détruit les coraux, ce qui réduit d’autant l’habitat des petits poissons et donc le garde-manger des Polynésiens.”

Les deux projets n’ont finalement pas vu le jour, mais la bêtise humaine est manifestement bien implantée.

Bertrand Prévost

 

 

297
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete