Habillage fond de site

Nuutania et Tatutu, le contraste carcéral

lundi 22 juillet 2019

Dès le début de la visite à Nuutania, la ministre a été frappée par le “mauvais état” du bâtiment principal. Photo : Anne-Charlotte Bouleau

Dès le début de la visite à Nuutania, la ministre a été frappée par le “mauvais état” du bâtiment principal. Photo : Anne-Charlotte Bouleau


Samedi dernier, Nicole Belloubet s’est rendue à la prison de Papeari, puis à celle de Faa’a. La ministre de la Justice a multiplié les questions auprès de ses interlocuteurs, s’intéressant plus particulièrement aux conditions de détention et à la réinsertion. Sans surprise, la principale annonce concerne le centre pénitentiaire de Nuutania, les détails d’une rénovation ou d’une reconstruction devant être connus d’ici la fin de l’année.

Après plusieurs étapes aux Marquises, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, était de retour à Tahiti, samedi  dernier, à l’occasion de la visite annoncée des deux établissements pénitentiaires de l’île. La Garde des Sceaux a été reçue de bon matin au centre de détention de Tatutu, qui compte parmi les plus modernes de France.

Au programme : aperçu des unités de vie familiale, des cellules et des principaux espaces de vie commune, où diverses activités sont mises en oeuvre depuis l’ouverture du site, il y a deux ans, entre sport et culture. L’accent est également mis sur la formation, agricole notamment, et prochainement dans le domaine de la restauration.

La visite s’est d’ailleurs achevée par un détour via l’atelier de menuiserie, l’occasion pour la représentante de l’État de saluer les efforts déployés dans ce domaine. “Tout cela ne peut pas exister si vous n’êtes pas présents, vigilants, attentifs et humains. J’ai une obsession, c’est que les personnes détenues puissent être réinsérées, parce que c’est ce qui prévient la récidive et la violence”, a déclaré Nicole Belloubet, à l’intention du personnel pénitentiaire. “Votre accompagnement est un investissement bénéfique pour le service public de la justice”.

 

Rénovation ou reconstruction à Faa’a

 

En milieu de matinée, la délégation a pris la direction du centre pénitentiaire de Nuutania, à Faa’a, en contrebas duquel un groupe de quelques dizaines de militants indépendantistes, Oscar Temaru en tête, a interpelé le convoi. Le barrage bleu franchi, changement de décor : dès l’extérieur, le bâtiment principal, construit en 1977, fait grise mine.

À l’intérieur, certains quartiers ont été rénovés dans le cadre de travaux assurés par les détenus eux-mêmes, avec l’appui des services techniques internes. Pour autant, hors de question pour la ministre de passer à côté des parties non rénovées, l’occasion d’échanger avec quelques détenus sur les conditions de détention.

“Pour moi, c’est inhumain”, a confié l’un d’entre eux à la Garde des Sceaux, partageant avec trois autres personnes une cellule délabrée de moins de 10 m2. La ministre s’est montrée particulièrement attentive sur le sujet, l’État ayant été condamné à plusieurs reprises suite à des plaintes de détenus.

À sa sortie, elle a d’ailleurs annoncé qu’un schéma directeur de rénovation ou de reconstruction serait établi d’ici la fin de l’année. Un long entretien avec les organisations syndicales est venu finaliser la visite, Nicole Belloubet devant rejoindre Raiatea en début d’après-midi, tandis que son retour vers l’Hexagone est intervenu hier soir, après un dernier point sur la question foncière, dans la journée.

 

A.-C.B.

 

Nuutania et Tatutu, le contraste absolu…

 Le centre de détention de Tatutu, à Papeari, accueille actuellement 320 détenus pour 410 places. Un tiers de cet effectif exerce une activité rémunérée. À l’inverse, du côté du centre pénitentiaire de Nuutania, à Faa’a, la surpopulation carcérale reste de mise, avec 260 détenus pour une capacité d’accueil théorique de 170 places.

Parmi ces personnes incarcérées, 40 % sont en attente de jugement. Pour pallier à cette situation, la ministre est favorable au développement de l’usage du bracelet électronique, “sous certaines conditions”.

 

ACB (2) Tatutu

À Tatutu, un aperçu des unités de vie familiale, des cellules et des principaux espaces de vie commune était au programme. Photo : Anne-Charlotte Bouleau

NICOLE BELLOUBET NUUTANIA

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete