Obama et Netanyahu étalent leurs divergences sur le nucléaire iranien

lundi 2 mars 2015

Barack Obama et Benjamin Netanyahu ont étalé leurs divergences lundi à propos du nucléaire iranien, le président des États-Unis accusant le Premier ministre israélien de s’être trompé par le passé sur le bien-fondé d’un accord entre Téhéran et les grandes puissances.
M. Netanyahu est à Washington en pleine offensive diplomatique contre l’Iran et doit s’adresser solennellement mardi au Congrès américain, au moment où Washington et Téhéran négocient en Suisse pour conclure fin mars un règlement définitif qui encadrerait le programme nucléaire controversé de la République islamique.
Lundi, M. Obama a défendu un premier accord provisoire scellé en novembre 2013 entre les grandes puissances et Téhéran et prévoyant le gel d’une partie de ses activités nucléaires en échange d’une levée partielle des sanctions. Sur ce dossier, le président américain a jugé que Premier ministre israélien avait eu tort.
« M. Netanyahu a fait toutes sortes de déclarations, a critiqué Barack Obama dans un entretien à l’agence Reuters. Cela allait être un très mauvais accord. Cela allait permettre à l’Iran de récupérer 50 milliards de dollars. L’Iran ne respecterait pas l’accord. Rien de cela ne s’est vérifié », a-t-il dénoncé.
« A de nombreux égards, l’Iran a fait machine arrière sur certains éléments de son programme », a insisté le président américain qui veut, comme les autres pays du groupe 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), signer d’ici au 31 mars un accord politique définitif avec l’Iran.
M. Obama désire en outre un rapprochement des États-Unis et de la puissance chiite, 35 ans après la rupture de leurs relations diplomatiques. 
Mais Benjamin Netanyahu est vent debout contre un tel scénario. 
Il s’est dit « en mission historique » en terre américaine pour torpiller l’accord sur le nucléaire. Il en va de la « survie » de l’État hébreu fondé en 1948, a-t-il tonné devant 16 000 délégués du groupe de pression américain pro-israélien Aipac (American Israel Public Affairs Committee). 
Après Israël, les États-Unis comptent le plus grand nombre de juifs au monde (de 4,5 à 5,7 millions).
M. Netanyahu a encore exhorté le monde à empêcher l’Iran de posséder un jour la bombe atomique.
« Israël et les États-Unis sont d’accord pour que l’Iran n’ait pas d’armes nucléaires. Mais nous ne sommes pas d’accord sur la meilleure manière de l’empêcher de développer ces armes », a reconnu le dirigeant israélien, hostile depuis des années à un Iran puissance militaire atomique.
Israël est convaincu qu’un règlement international n’empêcherait pas Téhéran de se doter à terme de la bombe.

AFP

REMOND 2015-03-04 09:01:00
Dire que Netanyahu cherche par n'importe quel moyen pour qu'une guerre se déclenche dans la zone géographique de l'Etat d’Israël ,c'est dire une vérité, et n'importe quelle étude sérieuse de géopolitique peut en expliquer les raisons, Mais Netanyahu se pose en victime potentielle et avance des prétextes sécuritaires qui dissimulent très mal les vraies raisons de leadership local et/ou d’hégémonie mondialiste" économico-politico-confessionnelles (soit aux fins d'exécuter le plan cabaliste de l'instauration du Nouvel Ordre Mondial sur notre planète.) Et une guerre contre l'Iran lui conviendrait parfaitement et à cette fin son analyse, son diagnostique et ses propositions d'actions... sont scélérats, ce que sait bien B. Obama qui ,lui, tente d'éviter l'embrasement auquel le plan Netanyahu conduirait inévitablement. La politique extérieure de Nétanyahu ( pas obligatoirement de la majorité du peuple Israélien) est nuisible...et en tant que telle doit être éradiquée, tout comme chacun extermine les espèces de nuisibles qui menacent son confort de vie. Merci Monsieur le président B. Obama.
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete