Observer la faune marine des Australes pour mieux la protéger

    mardi 4 novembre 2014

    Observer et évaluer la biodiversité marine de l’archipel des Australes, tels étaient les objectifs de Pew, organisation non gouvernementale qui œuvre pour la protection des espaces marins internationaux.
    Les représentants locaux de Pew et une équipe de National Geographic sont revenus hier d’un mois d’observation de la faune sous-marine de l’île de Rapa. Ils avaient pour mission scientifique d’évaluer le patrimoine marin de l’archipel des Australes et de proposer ensuite des moyens de protection de ses ressources.  Munis d’une caméra pélagique, les scientifiques et les pêcheurs locaux ont pu observer la biodiversité des eaux sous-marines de Rapa.  Cette caméra a permis aux scientifiques de voir qu’un certain nombre de requins étaient victimes de la pêche à l’hameçon. Alors qu’elle est normalement interdite en Polynésie depuis 1971, il semblerait que certains continuent à la pratiquer en toute impunité. Bien que ce soit difficile à prouver actuellement, la pêche des requins sur l’île de Rapa iti pourrait constituer une des raisons pour lesquelles les scientifiques ont trouvé un nombre de requins moins importants et de plus petite taille.
    Certains habitants de l’île semblent être au courant de ces pratiques et révèlent que des bateaux (probablement étrangers) circulent parfois dans les eaux. Lors de l’expédition, les professionnels ont même rencontré un bateau chinois accidenté, au nord de Rapa, dans une zone où il ne devrait pas se trouver.
    Pour Jérôme Petit, directeur de la fondation Pew en Polynésie, “c’est très difficile de contrôler ces zones”. “Il est d’ailleurs possible que la pêche illégale y soit menée.”
    L’ensemble du matériel utilisé pour cette mission a permis aux scientifiques de répertorier les diverses espèces marines de l’île, de les mesurer, d’en évaluer leur nombre et d’observer leur environnement naturel.
    La fiabilité des moyens d’observation utilisés peut être remise en question, mais cette expédition constitue néanmoins une mobilisation théorique permettant une compréhension du système marin de Rapa. 
    Rapa est l’une des dernières îles en Polynésie française à appliquer le Rahui. C’est une méthode qui permet de préserver les ressources naturelles et qui est pratiquée dans une zone à l’est de l’île.
    Dans celle-ci, la pêche à la senne et le chalutage sont interdits, seule la pêche à la ligne est autorisée. Cette méthode traditionnelle a été remise en place dans les années 1980-1990 par Lionel Watanabe, ancien maire de Rapa. Elle aurait un impact significatif sur la croissance du nombre d’espèces marines de l’île.
    Cette mission, menée dans le cadre du programme Pristine Seas (programme mondial élaboré et financé par National Geographic), a permis aux scientifiques d’aboutir à de nombreux constats.
    En effet, elle révèle tout d’abord un fort taux d’espèces de poissons endémiques sur l’île. 54 % de ses poissons ne se trouvent nulle part ailleurs et nécessitent une protection.
    Ils ont également noté qu’il y avait deux fois plus de poissons dans la zone de Rahui qu’en dehors.
    À Maritori, ce nombre est doublé car les poissons prédateurs y sont plus nombreux, contrairement à la zone Rahui, où l’on en compte peu du fait de l’abondance des poissons herbivores.
    Suite à cette expédition scientifique des fonds marins de Rapa, les professionnels aimeraient voir le projet d’aire marine protégée soumis en septembre 2015.
    “Ce projet sera basé sur l’ensemble des consultations que l’on aura faites aux Australes, mais aussi à Tahiti avec les pêcheurs thoniers”, déclarait hier Jérôme Petit.
     
    Nadia Yonker

    Vehiatua 2014-11-05 11:14:00
    J'ai oublié de préciser que depuis 2006 il est interdit de pêcher les requins sauf le Mako et depuis 2012, le Mako est interdit à la pêche. Et si vous voulez vérifier vous-même, voici le lien: http://www.lexpol.pf/LexpolAfficheTexte.php?texte=137356 :)
    Vehiatua 2014-11-05 08:02:00
    Aronga,
    J'étais présente à la conférence et je tenais juste à donner quelques précisions:
    - Les observations sous-marine ont permis la détection de squales avec des hameçons dans la bouche issu probablement de "long line" étrangers.
    - Je ne sais pas si la pêche à l'hameçon est interdite depuis 1978 mais la pêche aux ailerons de requins est interdite depuis 2012 en Polynésie française.
    - Le bateau chinois accidenté a été secouru par l'armée française et les habitants de Rapa l'année dernière, bien avant l'expédition.
    - Dans la zone "rahui" à tout moment, la pêche à la ligne est autorisée. La pêche au fusil n'est autorisée qu'1 à 2 journée lors de l'ouverture de ce "rahui".
    - L'île possède 54 % d'espèces endémiques régionales (Rapa nui, Pitcairn...) en terme de biomasse selon les premiers résultats scientifiques.
    - Ce sont les îles de Marotiri ou Morotiri et pas Maritori (ortographe)
    - De quels professionnels on parle dans l'article? Ce que je peux affirmer, c'est que maire et les habitants de Rapa veulent la mise en place d'une aire marine protégée aux australes.
    Tongia!
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete