Ola épargne le Caillou

dimanche 1 février 2015

Les habitudes ont la dent dure. « La population s’était habituée au système d’alerte cyclonique par chiffre, reconnaît Henriette Tidjine-Hmae, maire de Poum. Le code couleurs portait à confusion. » « Plus clair », « plus simple », les maires valident tous en chœur le retour à l’ancien système, à l’occasion du passage de la dépression tropicale Ola.

Les nombreux cafouillages entre les vigilances, pluies comme vents, de Météo-France et les réelles alertes cycloniques ont conduit le gouvernement à entériner ce choix il y a trois semaines, alors que l’annonce en avait été faite l’année dernière. Juste à temps pour la saison des cyclones et l’arrivée d’Ola. La dépression tropicale fut donc l’occasion de tester pour la première fois le retour à l’ancien dispositif.

La préalerte a été déclenchée samedi à 17 heures sur tout le pays, suivie de l’alerte 1 dimanche, sur huit communes : Bélep, Pouébo, Hienghène, Ouégoa, Poum, Koumac, Kaala-Gomen, Touho. Seulement, la dépression s’est montrée plus clémente que prévu. « C’est assez surprenant que la masse nuageuse ne se soit pas densifiée plus que ça, elle est restée très localisée, s’étonne Luc Maîtrepierre, prévisionniste à Météo-France. On a eu beaucoup de chance. »

 

Barricadés. De fortes précipitations ont été relevées dans la nuit de samedi à dimanche sur l’extrême Nord et sur les versants est. Entre 150 et 250 mm de pluie sont tombés en l’espace de 24 heures. Les rafales de vent ont atteint 90 km/h à Poingam. A Bélep, pourtant en première ligne, rien de particulier à signaler hier. Si ce n’est une pluie fine sur les coups de 11 heures. « Les gens se sont barricadés et ont retiré les tôles susceptibles de s’envoler, relate Call Moilou, de la tribu de Saint-Louis. On était prêts. »

Même scénario à Koumac. « Des pluies par intermittence et un peu de vent », rapporte juste Armande Duraisin, première adjointe au maire. Reste que, du côté de Poum, les rivières en crue ont inondé les routes à plusieurs endroits. Deux radiers (Conole et Medjane) ainsi que la route provinciale au niveau de la colline de Koumac ont été complètement submergés par les eaux. Leur accès a été bloqué.

 

Boue. A Hienghène, la pluie abondante dans la nuit de samedi à dimanche a également fait sortir les rivières de leur lit. Le bassin de Tendo, qui alimente en eau tout le village et la vallée, a été infiltré par la boue, rendant l’eau impropre à la consommation. Hier après-midi, la route qui y conduit était encore impraticable, empêchant les services techniques d’intervenir. Au passage, les intempéries ont provoqué une coupure de courant. L’électricité a finalement été rétablie vers 15 h 30 hier.

Quelques éboulements ont également été signalés ici ou là, notamment à proximité d’écoles, sans provoquer d’incident majeur.

A 130 kilomètres des côtes sur les coups de 11 heures hier, Ola s’est éloignée, poursuivant une trajectoire vers le sud-ouest. Du coup, à l’état-major de la Sécurité civile, la décision a été prise de lever l’alerte 1 à 20 heures. La pré-alerte, quant à elle, est maintenue jusqu’à nouvel ordre. Bilan du retour à l’ancien système ? « On a évité la confusion du code couleurs, constate le lieutenant Christophe Baumann, en charge des opérations à la direction de la Sécurité civile. On a eu moins de problèmes et moins de non-respect des consignes. »

LNC

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete