Ondes électromagnétiques : quels dangers sanitaires ?

    samedi 19 mars 2016

    Dominique Belpomme, professeur de cancérologie à l’Université Paris-Descartes (Paris V), a répondu à l’invitation de l’association polynésienne Heitaratara. Il animera, les 22, 23 et 24 mars, des rencontres d’information sous forme de conférences à propos des dangers et des conséquences des ondes électromagnétiques, notamment les maladies qui peuvent en découler.
    Le professeur Belpomme, pionnier dans l’étude clinique de ce domaine, est à l’origine de “l’Appel de Paris” lancé en mai 2014 avec 3 000 scientifiques internationaux, qui vise à faire reconnaître l’utilisation des polluants comme crime contre l’Humanité.
    Parmi eux, bien sûr, les polluants chimiques et, notamment les pesticides.
    Mais pour ce scientifique, téléphones portables, téléphones mobiles de maison et réseaux Internet Wi-Fi — qui fonctionnent via des antennes-relais – font aussi partie de cette catégorie.
    Selon lui, ils exposent les populations à un brouillard électromagnétique intense qui peut être source de plusieurs pathologies d’origine environnementale.
    Ils peuvent aussi causer une réaction problématique, chez certaines personnes sensibles à ces rayonnements, définie comme de l’électro hypersensibilité.

    Un combat contre le déni

    La nocivité de certaines radiofréquences est l’objet d’un débat depuis plusieurs années. En France, quelques associations, comme Robin des Toits, la Criirem, Écologie sans Frontières ou la Priartem, se battent contre le déni – appuyé par certaines études publiques — des effets des ondes électromagnétiques.
    Le professeur Belpomme expliquera son point de vue et celui d’autres scientifiques de renom qui, dans le monde entier, sont parvenus à des résultats extrêmement préoccupants. Il assure avoir personnellement examiné 1 213 patients, dont 90 % véritablement électrohypersensibles, et mis au point une série de tests biologiques et physiques objectifs qui ont révélé des anormalités dans le sang et le cerveau.
    En mai dernier, lors d’un colloque international organisé à Bruxelles, il a contribué à la création d’un groupe de travail international indépendant destiné à faire reconnaître par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’ONU et les ordres médicaux les hypersensibilités chimique et électromagnétique dans la classification internationale des maladies sur la base des nouvelles données scientifiques.

    De notre correspondant C.J.

    zététique 2016-03-20 07:39:00
    "Quels dangers pour la santé" ? Pour les faibles expositions aux ondes, aucun impact sur la santé n’est avéré dans l'état actuel des connaissances scientifiques. Les méta-analyses internationales se succèdent depuis plus de 20 ans avec les mêmes conclusions. Les travaux du Pr. Belpomme ne sont pas reconnus par la communauté scientifique comme étant concluants.

    Sur l'électrosensibilité voici l'état des connaissances scientifiques que chacun peut vérifier :
    -Conclusion de l’OMS : aide mémoire 296 " Des études bien contrôlées et menées en double aveugle ont montré que ces symptômes n’étaient pas corrélés avec l’exposition aux CEM ".
    -Conclusion de l'agence sanitaire de la Commission Européenne, rapport SCENIHR 2015 p143 : "RF EMF exposure is not the cause of these symptoms".
    -Conclusion du rapport Afsset 2009 p304 : " aucun auteur n’a apporté la preuve d’une relation de causalité entre cette exposition et l'EHS .
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete