Habillage fond de site

One Million Cup : les gagnants attendent toujours leur gain…

jeudi 10 août 2017

one millions cup

L’équipe de Papeari, qui avait remporté le premier prix d’un million de francs, attend de toucher son gain depuis mi-avril, tout comme
les autres finalistes. (© archives LDT)

Pendant le week-end de Pâques, mi-avril, une compétition de futsal s’est tenue à la salle omnisports de Tautira. Organisée par une association locale, la One Million Cup se voulait attractive, avec notamment un premier prix d’un million de francs à la clé pour l’équipe masculine victorieuse.

Or, si les trophées ont bien été remis à l’issue des derniers matches, près de quatre mois plus tard, les gains n’ont toujours pas été versés aux finalistes, qui s’impatientent.

“Le problème, c’est que ça fait un bon moment qu’on court après l’organisateur. On devait être payé dès la semaine suivante. Quand on l’a recontacté, il nous a dit qu’il y avait un problème. On lui a au moins demandé de nous rembourser nos frais d’inscription : 100 000 F pour les garçons et 50 000 F pour les filles. Ce sont des sommes importantes, qu’on devait impérativement payer en amont de la participation. Maintenant, il ne nous répond plus. Nos garçons et nos filles attendent leurs sous, surtout que certains n’ont pas de travail”, confie la responsable des deux équipes de Papeari concernées. Ces dernières restent en attente d’une enveloppe conséquente : un million de francs pour les seniors hommes (1er prix) et 50 000 F pour les seniors femmes (3e prix).

Et cette situation n’est pas un cas isolé. “Jusqu’à présent, aucunes nouvelles ! Mais on va se battre pour récupérer notre gain. Je n’ai pas envoyé mes gars sur place pour rien”, déclare le référent de l’équipe masculine de Faa’a, en attente d’un 2e prix de 500 000 F.

Ce dernier envisage de porter plainte, tout comme sa collègue de Pirae, dont l’équipe féminine avait remporté le 1er prix (500 000 F) et l’équipe masculine le 3e prix (200 000 F). “On a relancé. On nous a dit d’attendre, puis plus rien”, assure-t-elle.

Contacté par téléphone, le président de l’association Power Djeuns en charge de l’organisation de l’événement a reconnu les faits. Selon lui, c’est le désistement de dernière minute de plusieurs équipes qui serait en cause. “Elles avaient confirmé leur présence, mais finalement, elles ne sont pas venues et n’ont donc pas payé leur part, ce qui ne nous a pas permis de récolter le montant nécessaire”, explique-t-il.

Et d’ajouter : “Ce n’est pas dû à une mauvaise volonté de ma part.”

Il compterait sur une demande de subvention en cours pour honorer les différents gains, une dette qu’il estime à 1,8 million de francs. 

 

A.-C.B.

 

 

15
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

À l'approche de Noël, êtes-vous attentifs à la qualité des jouets achetés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete