Orientations budgétaires 2016 – Des politiques sectorielles sans “cap” ?

    vendredi 30 octobre 2015

    Le président du Pays a présenté, aux élus de l’assemblée de la Polynésie, les orientations budgétaires pour 2016.  Assainissement
    des comptes publics, pause fiscale, dynamisation du tourisme… Rien de bien nouveau à l’horizon. Le Tahoera’a ne s’est pas privé, hier, de dénoncer l’absence de “cap” à moyen terme, et l’UPLD a regretté le manque de détails sur les grandes annonces.

    Le président Édouard Fritch a présenté, hier, aux élus de l’assemblée de la Polynésie les orientations budgétaires souhaitées pour 2016. “Pour améliorer la lisibilité” du document final soumis aux élus, le gouvernement a listé ses projets secteur par secteur (lire l’encadré), sous la forme d’un projet annuel de performances (PAP).
    “Les axes directeurs de la politique que nous souhaitons insuffler se concentrent toujours sur la redynamisation de notre économie, et donc de l’emploi, tout en prenant en compte le maintien de la cohésion sociale”, a résumé Édouard Fritch, estimant qu’il n’y avait pas là matière à des “joutes politiques stériles”, tout en se disant persuadé que “mon budget sera voté”.
    Si les soutiens de A ti’a Porinetia (ATP) et du Tapura ont été indéfectibles tout au long de la séance, la prise de parole de Teura Iriti, présidente du groupe Tahoera’a, a été bien plus véhémente.
    Il faut dire qu’en préliminaire, le président n’avait pas masqué sa joie concernant la victoire du Tapura à Papara. Il s’était aussi félicité du “réalisme” de Charles Fong Loi, “qui a pris la mûre décision de venir soutenir notre action. Une démarche logique puisque lui-même, comme vous, m’avez élu pour diriger le Pays.”
    Les tacles n’ont pas manqué en match retour : “Gaston Flosse a semé, Édouard Fritch récolte”, s’est agacée Teura Iriti, rappelant que “la plupart d’entre nous avons été élus en 2013 sous la bannière du Tahoera’a, sur la base de notre programme”. Son verdict est vite tombé sur les orientations du gouvernement Fritch : “Il manque véritablement un cap, une stratégie de développement à court et moyen termes, des orientations concrètes”.
    Sur les grands projets, comme le Tahiti Mahana Beach, Teura Iriti a souligné “qu’aucun d’entre eux n’est entré dans une phase concrète”. La réforme de la protection sociale généralisée (PSG) ? En retard. Y aura-t-il “oui ou non” un dépoussiérage fiscal ? Les annonces du gouvernement seraient “dissonantes”.

    L’UPLD souhaite une réforme fiscale immédiate

    Antony Géros, représentant de l’UPLD, préconise, quant à lui, de s’y atteler tout de suite : “Je conteste avec véhémence la mise en sommeil des travaux de cette réforme fiscale”, s’est-il exclamé, estimant qu’elle allait de paire avec la réforme de la PSG.
    L’indépendantiste a également mis en garde Édouard Fritch sur sa lecture de la conjoncture économique. Antony Géros a parlé d’une “récession structurelle de notre Pays” tout en soulignant le ralentissement de l’économie chinoise : “C’est peut-être la raison pour laquelle Forebase s’est retiré de Tahiti Mahana Beach”.
    L’UPLD fustige par ailleurs le “gigantisme” de ce projet et rappelle qu’il devrait s’accompagner de la “mise à niveau des infrastructures publiques”, citant pêle-mêle l’agrandissement du port et de l’aéroport, l’élargissement de la voirie, l’adaptation des moyens de sécurité… La plupart des projets du gouvernement ont ainsi été attaqués par l’opposition. Au Tahoera’a encore, Alice Tinorua-Rijkaart s’est émue de la proposition de “réactiver” les solidarités familiales : “Faut-il comprendre que vous demandez aux Polynésiens de se débrouiller entre eux ?”, a-t-elle lancé.
    “Vous avez remplacé la foi par le doute, qui n’est que l’antichambre de la désillusion qui nous guette”, a lâché la présidente du groupe dans une ultime envolée lyrique.

    Marie Guitton

    Lire aussi nos interviews dans La Dépêche de Tahiti de vendredi 30 octobre ou au feuilletage numérique

    Les orientations budgétaires du gouvernement pour 2016

    – Assainissement des comptes publics
    Le gouvernement souhaite poursuivre le “désendettement progressif” pour “préserver les capacités financières” du Pays. Il annonce la continuité des mesures de maîtrise budgétaire, et notamment un objectif de réduction des dépenses de fonctionnement de 3,5 %.

    – Pause fiscale confirmée
    “La pause fiscale est prorogée pour donner de la visibilité aux acteurs économiques”, a répété le président du Pays. Il souhaite également encourager les investisseurs privés locaux en simplifiant les procédures administratives et en adaptant le niveau d’incitation.

    – Le tourisme, premier moteur
    Le tourisme “reste à ce jour le premier moteur de développement de nos ressources propres”, a rappelé Édouard Fritch, qui souhaite “partir à la conquête de nouveaux marchés émergents” : la Chine, mais aussi l’Amérique du Sud, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Il annonce l’ouverture en 2016 du chantier de l’e-tourisme, souhaite développer les capacités hôtelières, créer des “points d’ancrage sécurisés” pour les yachts dans les îles, multiplier les équipements pour accueillir les croisiéristes (une zone de débarquement et de loisirs est à l’étude sur la plage de Makarea à Fakarava et le Port autonome de Papeete devrait se doter d’un ensemble d’accueil d’ici à 2018)…
    S’agissant du Tahiti Mahana Beach, le gouvernement espère signer un protocole d’accord avec Towercrest ou RECAS avant la fin de l’année, le choix étant fonction des retombées directes et indirectes du projet pour l’économie du Pays.

    – La réorganisation des filières
    Le gouvernement souhaite réorienter le secteur de la pêche industrielle polynésienne, notamment en investissant le “domaine du surgelé”, réorganiser le secteur de la perliculture, et développer l’aquaculture. Le projet de ferme de Hao serait en bon train, la direction de l’Équipement ayant lancé les travaux pour la route de contournement.

    – Aménager de nouvelles parcelles agricoles
    Dans le secteur agricole, le gouvernement souhaite aménager de nouvelles parcelles, lutter contre les ravageurs, former des apiculteurs et développer l’agriculture biologique dans les archipels éloignés. Il préconise la refonte des statuts de la chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire et la réorganisation du service du développement rural.

    – L’aide au logement revue à la hausse
    “De trop nombreuses familles vivent dans un habitat indigne”, s’est ému Édouard Fritch hier, parlant d’une “détermination du gouvernement à conduire une politique plus juste”. Il propose de doubler les subventions de l’Agence immobilière sociale de la Polynésie française et de revoir à la hausse l’aide familiale au logement.
    Pour les îles, le gouvernement propose “une politique de viabilisation des parcelles domaniales dans le but de couvrir les besoins en fare OPH des familles ne disposant pas d’assises foncières. Ces parcelles viabilisées seront proposées en location-vente.”

    – Désenclaver les îles
    Le gouvernement souhaite poursuivre le désenclavement des îles. Les aérogares des Tuamotu de l’Est, notamment, seront améliorées. “Je vous annonce également que je ne fermerai pas les aéroports de Takume et Ua Huka tant qu’une solution alternative satisfaisante ne sera pas proposée”, a promis le président.

    – Des formations en adéquation avec le marché de l’emploi
    Développement de l’alternance, des contrats d’accès à l’emploi (CAE)… Le gouvernement poursuivra la lutte contre le chômage des jeunes. En amont, la carte des formations du système scolaire “doit être en adéquation constante avec l’enseignement universitaire, le monde du travail, la formation professionnelle”, a exhorté Édouard Fritch, annonçant que le schéma directeur des formations serait rendu public courant novembre.

    – Réactiver les solidarités familiales
    “Tous les leviers contribuant à l’insertion sociale des familles seront actionnés”, a promis le président. Le gouvernement souhaite notamment étendre le complément familial pour que tous les enfants puissent déjeuner à la cantine.
    “Les solidarités intrafamiliales devront être réactivées et une information sur l’obligation alimentaire sera systématiquement rappelée”, a aussi précisé Édouard Fritch.

    – Santé
    Le gouvernement promet de s’atteler prochainement à la grande réforme de la protection sociale généralisée (PSG). Il souhaite une maîtrise des dépenses de santé grâce à une réorganisation de l’offre de soins et un renforcement de la prévention, notamment contre l’obésité.  
    Il annonce également une “réforme ambitieuse” de l’organisation du système sanitaire, notamment avec la mise en place d’une Autorité de régulation de la santé, le regroupement des structures publiques de soins primaires et de prévention et la création d’une communauté hospitalière polynésienne.

    – Environnement
    Le gouvernement souhaite la poursuite des études pour définir une politique sectorielle des déchets et réaliser une unité centrale de traitement des déchets à Tahiti. Il souhaite aider les communes à résorber les décharges sauvages, ainsi que la mise en place du réseau d’assainissement de Papeete et l’extension du réseau de Moorea.

    sary michel 2015-10-30 16:13:00
    j'aimerais savoir concernant les orientations budgétaires 2015...2016... s'ils sont votés localement, est ce qu'elles sont ensuite soumissent à l'approbation du conseil d'état en France ou pas?

    Si approbation y' a, quelle est en moyenne le délai d'application légale au fénua (journal officiel etc...)

    Dans le cas ou les orientations budgétaires, n'ont pas eue l'approbation de l'assemblée, que se passe t'il ensuite?.
    je vous remercie de vos réponses
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete