Habillage fond de site

Oscar Temaru réclame la gestion de l’aéroport à Emmanuel Macron

mercredi 15 novembre 2017

temaru

Oscar Temaru a adressé une lettre ouverte au président de la République pour lui demander d’attribuer à sa ville, la gérance de
la plateforme aéroportuaire de Tahiti-Faa’a. (© archives LDT)

Le maire de Faa’a demande à l’État le transfert de propriété et d’exploitation de l’aéroport international de Tahiti-Faa’a à sa commune.

Vendredi dernier, Oscar Temaru a invité les membres de son conseil municipal et quelques élus de l’assemblée à la rédaction d’une lettre ouverte sur le sujet au président de la République française, Emmanuel Macron.

L’objet des débats a porté sur les nuisances que les habitants du littoral continuent à supporter à cause de l’implantation de l’aéroport, dont la gestion accordée à la société Aéroport de Tahiti (ADT) a été remise en cause pour absence de mise en concurrence.

Devant le refus du Pays d’en prendre la gérance, c’est-à-dire la responsabilité au sens juridique, les élus municipaux ont débattu sur la volonté de la commune de Faa’a de faire de cette plateforme internationale “un outil véritable de développement économique”.

Dans ce courrier adressé au nouveau chef de l’État, Oscar Temaru décline d’abord un long couplet sur la colonisation et la réinscription de la Polynésie française sur la liste des pays non-autonomes de l’ONU.

Avant d’aborder enfin la question de la plateforme aéroportuaire. “J’ose ici rappeler que mon gouvernement a, à plusieurs reprises, eu l’honneur de gérer avec dignité et professionnalisme ce grand outil de développement économique”, écrit le tavana de Faa’a, estimant au passage que l’aéroport porte, avec Mururoa et Fangataufa, “les stigmates les plus visibles de la colonisation” puisqu’il a longtemps été la base arrière des essais nucléaires.

Et de rappeler que le Conseil d’État avait reconnu, en 2015, que l’aéroport affectait les intérêts propres de la commune de Faa’a.

“Ce transfert ne serait que justice au regard des dédommagements au regard de toutes les nuisances subies par sa population depuis plus de 50 ans et en vertu des multiples délibérations souveraines prises par son conseil municipal exigeant la mise en place, par exemple, d’une taxe liée à l’activité de l’aéroport au profit de la commune”, conclut Oscar Temaru, qui dit douter que la société Aéroport de Tahiti, filiale du groupe Egis France, soit réellement au service de la population et du développement du pays.

 

Le chiffon rouge de l’explosion sociale

 

Hier en début d’après-midi, le service communication de la mairie de Faa’a a adressé un nouveau courrier aux médias visant à compléter celui adressé la veille, avec la “version complète” de la lettre ouverte.

Une nouvelle version, et surtout une nouvelle conclusion, avec une menace à peine voilée. Voici cet ajout dans son intégralité : “Enfin, je terminerai en portant à votre connaissance que la situation politique et économique actuelle de la Polynésie est telle qu’une explosion sociale n’est pas à exclure. La commune de Faa’a, copieusement oubliée depuis trop d’années, n’étant pas en reste il est à redouter que ses habitants ne se lèvent pour exiger, de manière ‘moins diplomatique’, que cette lettre ouverte, le transfert de propriété et d’exploitation de l’aéroport international de Tahiti”.

Un message qui a le mérite de la clarté. 

 

Damien Grivois

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French bee propose un aller retour PPT - San Francisco à moins de 40 000 F :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete