Habillage fond de site

Permaculture : Osez le potager

jeudi 19 octobre 2017

Une petite structure accueille condiments et aromates

Une petite structure accueille condiments et aromates. (© Claude Jacques/LDT)

La maison est belle, installée à flanc de coteau. La vue, superbe. Oui, mais voilà, comment faire avec ce jardin qui descend en pente plus ou moins forte ?

Il y a pourtant de la surface et il serait dommage de se contenter d’une pelouse et d’un ou deux arbres. Il y a bien sûr la solution d’y installer quelques arbustes, type bougainvilliers, pour apporter un peu de couleurs et d’y planter des fleurs.

C’est décoratif. Quel dommage pourtant de se limiter alors que ce lieu offre des possibilités intéressantes si l’on s’en donne la peine. La terre peut donner, à qui sait lui parler.

Pourquoi ne pas envisager d’y créer un potager ? C’est la question que s’est posée la famille Cunéo, installée sur les hauteurs du Tahara’a, sur la côte est de Tahiti.

Cela a demandé de l’huile de coude mais les résultats sont là. Au bout d’un an, elle récoltait déjà 900 kilos de fruits, tubercules et légumes, sur ses 500 m2. Après trois ans d’efforts, elle arrive maintenant à… 2 tonnes.

 

 

Des plantes complémentaires

 

 

Son secret ? La pratique de la permaculture, une méthode qui lui permet d’associer des plantes complémentaires. Les unes donnant du ma’a, les autres repoussant les petites bêtes, les autres encore enrichissant le sol.

Et un impératif : planter local. C’est-à-dire des variétés adaptées au climat et au sol, en évitant d’acclimater des plantes qu’il va falloir aider artificiellement à pousser avec des engrais, tout en tentant de les protéger avec des pesticides.

Autant dire que la production est totalement vierge de tout intrant chimique et que, petit à petit, la nature a commencé à se débrouiller toute seule.

Alors, bien sûr, tout le monde n’a pas l’envie ni le temps de s’engager à temps plein dans un tel ouvrage. Mais pourquoi ne pas consacrer une partie de son jardin à quelques mètres carrés qui seront dédiés à accueillir des plantes utiles qui viendront compléter les courses au marché ?

Et puis, c’est tellement sympathique de voir pousser les tubercules, les légumes et les fruits que l’on aura bichonnés pendant les temps libres.

C’est, en plus, une activité saine qui vaut bien des heures à regarder la télé. Et au passage, cette activité “fait du bien à la planète” puisqu’on évite les tonnes de CO2 qui vont avec les moyens de transport de la nourriture importée dont on sait qu’elle représente près de 80 % en Polynésie française. 

De notre correspondant C.J.

 

 

831
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete