Ouvrir le littoral à la population à Punaauia

    mercredi 27 janvier 2016

    On compte actuellement dans la commune une dizaine de points d’accès publics à la mer, mais seule la moitié d’entre eux sont aménagés pour accueillir la population. Une des priorités de la mairie, pour les années à venir, est donc d’aménager son littoral pour permettre aux familles de profiter du bord de mer et faire ainsi de Punaauia “le premier site touristique de Tahiti”. En 2016, la commune projette d’aménager le site de Vaipoopoo, situé juste en face de la mairie, pour en faire un parc de détente avec des aires de jeux pour les enfants, des tables de pique-nique, des espaces de restauration, un centre de secours…

    Lors du conseil municipal de vendredi dernier, la commune a réaffirmé sa volonté d’ouvrir le littoral à la population. On compte actuellement dans la commune une dizaine de points d’accès publics à la mer, mais seule la moitié d’entre eux sont aménagés pour accueillir la population : la marina Taina, la plage de McDonald’s et son Sea Park, les plages de To’aroto (PK 15), Vaiava (PK 18) et Mahana Park (PK 18,5). Les autres sites laissés à l’abandon sont généralement occupés par des piroguiers ou des pêcheurs de la commune.
    Une des priorités de la mairie, pour les années à venir, est donc d’aménager son littoral pour permettre aux familles de profiter du bord de mer et faire ainsi de Punaauia “le premier site touristique de Tahiti”.

    Aménagement de Vaipoopoo et Orohiti

    En 2016, la commune projette de s’attaquer à l’aménagement du site de Vaipoopoo, situé juste en face de la mairie. Celui-ci appartient au territoire, mais la commune a demandé son affectation et l’a obtenue il y a quelques semaines.
    “Nous envisageons d’aménager un petit parc paysager avec des aires de jeux, des tables de pique-nique, des sanitaires… un peu à l’image du parc Paofai, à Papeete, mais en version réduite. Nous souhaitons aussi y installer un espace de restauration qui sera ouvert en continu, de jour comme de nuit. La roulotte présente sur le site pourra y rester mais un emplacement bien précis lui sera dédié”, précise Ronald Tumahai, maire de Punaauia.
    La commune est également en train d’étudier la faisabilité d’aménager un lieu de baignade sur le site, mais rien n’est encore sûr, car “l’espace se trouve juste à côté d’un chenal assez étroit, fréquenté par de nombreux bateaux, ce qui représente un danger”, explique le maire. Un petit centre de secours nautique devrait également voir le jour.
    Les pirogues actuellement parquées sur le site devront libérer les lieux en cours d’année, pour permettre le démarrage des travaux. Elles seront transférées sur le site de Orohiti, qui s’étend de la radio Hiti FM à l’entrée de la RT1, et qui a été affectée à la commune en 2015. Celui-ci accueille déjà un grand nombre de pirogues, ainsi qu’une école de va’a. “Nous avons également le projet d’aménager ce site et d’y faire construire un centre d’activités nautiques”, confie Ronald Tumahai.

    Un centre-ville ouvert sur le littoral

    Au niveau du centre-ville de Punaauia, l’accès à la mer est très limité, même en terme de visibilité. Finalement, la seule ouverture sur la mer se situe au niveau du magasin Week-end.
    La commune a comme ambition de créer des espaces publics et de véritables accès au littoral, pour améliorer le confort de vie. Elle souhaite demander au Pays l’affectation du terrain vague qui jouxte le restaurant Blue Banana, au PK 11, et qui est actuellement occupé par une association de pêcheurs, pour l’aménager en espace public pour l’ensemble de la population.
    Au PK 11,9 en face du magasin Week-end, la mairie envisage de construire un ponton qui déborderait sur la mer, pour y installer un petit marché destiné à la vente de produits frais : fruits, légumes, poissons et fleurs.
    Plus loin, vers le PK 12,8, la commune est en train de négocier pour acheter le terrain qui jouxte l’école 2+2 afin d’y aménager un accès mer, avec un parking et des équipements de proximité : aires de jeux pour enfants, agrès sportifs…
    Au PK 13, le centre de secours, destiné aux sapeurs-pompiers et aux muto’i, devrait être transféré sur le site de la mairie, au moment de la construction de la future clinique. Le terrain qu’il occupe actuellement devrait alors être aménagé en placette avec des aires de repos, des espaces de restauration, etc.
    Au PK 15, la commune a demandé au Pays l’affectation du terrain qui jouxte le Musée de Tahiti et des îles, en face des résidences du musée, pour y aménager un parc paysager avec aires de jeux et point de restauration.
    Si les travaux du site de Vaipoopoo sont programmés pour 2016, l’ensemble des autres projets d’aménagement du littoral verront progressivement le jour d’ici 2020.

    É.P.

    Ronald Tumahai : “J’ai osé demander au président de la République”

    Dans le cadre de son projet d’ouverture du littoral à la population, le maire de Punaauia a adressé une lettre au président de la République, François Hollande, pour demander la rétrocession de deux terrains appartenant à l’État. “J’ai osé demander au président de la République, par un courrier, esquisses à l’appui, la parcelle de terre d’un hectare où se trouve la résidence de l’amiral, située au niveau de l’école Manotahi, et la parcelle de terre où se trouve la résidence du haut-commissaire, du côté du Mahana Park. J’ai reçu une réponse du cabinet de la République qui a bien tenu compte de mon courrier, mais qui m’a fait savoir que ces parcelles de terre ne rentraient pas dans le dispositif de cession de terrains militaires. Cela n’a pas tellement plu au haut-commissaire d’ailleurs. Mais je l’ai tenté. Je me suis permis de le faire, par rapport au projet d’ouverture sur le littoral qu’a le conseil municipal”, explique Ronald Tumahai.  
    De son côté, le haut-commissaire Lionel Beffre a réagi au micro de Polynésie 1ère en qualifiant de “plus qu’indélicat” et de “discourtois” la lettre envoyée au président de la République par Ronald Tumahai. “Lorsqu’on propose des espaces à sa population, il faut regarder s’il n’y a pas d’autres terrains avant de vouloir prendre ceux de l’État. Je trouve sa démarche surprenante. Surtout que je suis allé à Punaauia il n’y a pas longtemps et il ne m’en a jamais parlé. Envoyer une lettre, sans avoir pris le soin de m’en parler, ni d’en parler à l’amiral, alors même que ce n’est pas une démarche que l’on peut qualifier d’anodine, je trouve cela plus qu’indélicat, je trouve cela discourtois.”

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete