Habillage fond de site

Le Pays projette de restructurer Papeete et de développer la Presqu’île

mercredi 27 mars 2019

3DG PADD IDV Gouvernement

Le gouvernement d’Édouard Fritch souhaite restructurer l’île de Tahiti et renforcer son attractivité, grâce à un rééquilibrage entre espaces urbanisés, activités économiques, lieux de culture et de loisirs. (Photo : Damien Grivois)


Le Pays a présenté hier, aux élus, le Projet d’aménagement et de développement des îles du Vent.
L’agglomération du grand Papeete “sera profondément restructurée”, Taravao devra se développer.
La question des transports est centrale pour l’archipel : le Pays promet de réduire la place dominante de l’automobile.

Après celui des Tuamotu-Gambier, lundi, le Pays a présenté hier, à la présidence, le Projet d’aménagement et de développement durable (PADD) des îles du Vent, en présence du chef de l’exécutif, Édouard Fritch, du président de l’assemblée, Gaston Tong Sang, du ministre de l’Aménagement du territoire, Jean-Christophe Bouissou, et de représentants des communes niamatai.
Un document, fruit de la concertation avec les élus communaux, et des orientations capitales puisque Tahiti et Moorea accueillent la capitale, les principaux équipements et infrastructures, l’essentiel du tissu d’entreprises et 75 % de la population polynésienne.
À ce titre, le schéma d’archipel rejoint, dans ses grandes lignes, le pro-jet d’aménagement général du pays, inspiré par un principe : “la renaissance du fenua au travers de ses archipels”.

Dans cette volonté de rééquilibrer le développement entre le centre qu’est Papeete et la périphérie, l’archipel des îles du Vent restera bien sûr le principal moteur économique, mais plus le seul. Selon le service de l’aménagement et de l’urbanisme, il s’agira de déconcentrer la formation professionnelle dans les autres archipels “et développer des vocations émergentes ou nouvelles” : services numériques, réparation navale, recherche et développement maritime, etc.
Le Pays se dit conscient que, pour parvenir à maturité, ces activités devront être stimulées par des équipements spécifiques et des politiques fiscales incitatives.
Selon le schéma d’archipel, le tourisme balnéaire et l’enseignement supérieur seront également confortés dans l’archipel grâce à des investissements privés et publics “significatifs” dans le Village tahitien et l’Université de la Polynésie française.
Agriculture biologique et écotourisme sont censés devenir les deux mamelles de la Presqu’île : le Pays prévoit la mise en place d’un parc régional, tandis que Taravao devra développer son rôle de pôle de services et d’habitat de la Presqu’île.

Restructurer le grand Papeete

L’exécutif et les élus communaux ont prévu de restructurer profondé-ment l’agglomération du grand Papeete “grâce à une action conjointe sur son cœur, ses espaces publics, la relocalisation de certains lycées, l’aménagement de certaines zones d’attraction secondaires et la res-tructuration de ses quartiers”.
Poursuite de l’effort déjà entamé, le centre de Papeete devrait être ré-aménagé et en partie transformé en zones piétonnes, en commençant par l’interface entre la ville, son port et le front de mer, dans le pro-longement des aménagements déjà réalisés à Paofai.
“Un projet urbain intégré, mettant l’accent sur la qualité des espaces publics, la revitalisation commerciale, la pacification de la circulation et l’organisation du stationnement automobile devra être engagé à court terme”, reconnaît le Pays, qui précise qu’il s’agit d’une des priorités stratégiques soulevées dans les diverses concertations.

La construction de logements OPH, en petits immeubles collectifs dispersés dans le tissu urbain et l’auto-construction de fare anticycloniques en kit sera “fortement soutenue” pour atténuer la crise du logement et la surpopulation de certains quartiers.
Enfin, les outils stratégiques que sont, pour le fenua, l’aéroport de Faa’a et le port de Papeete devraient voir leurs installations et équipements modernisés pour accueillir davantage d’avions et de navires, et dans de meilleures conditions.

D.G.

 

  • Vers une meilleure desserte de Moorea

    Les deux compagnies qui assurent la liaison Papeete-Vaiare transportent chaque année, entre Tahiti et Moorea, plus de 1,6 million de pas-sagers et près de 200 000 véhicules. Mais l’amplitude horaire des rota-tions est insuffisante. Il manque un service plus tôt le matin, pour pouvoir prendre des vols à Faa’a, et plus tard le soir. Le Pays juge né-cessaire de “programmer un dédoublement des liaisons”.

  • Des “espaces publics numériques”

    Parmi les actions possibles proposées par le plan stratégique Smart Polynésie, le schéma d’aménagement préconise une mise en place rapide “d’espaces publics numériques” (EPN) dans le grand Papeete. Ils seraient dotés de matériel informatique, d’une connexion internet à haut débit et de formateurs.

  • Port : approfondir la passe, agrandir les quais

    Le port de Papeete, outil stratégique, doit pouvoir continuer à se trans-former, malgré ses fortes contraintes spatiales. Pour mieux accueillir les cargos de grande taille, la passe de Papeete devra être approfondie et le quai au long cours allongé. En accord avec les recommandations du cluster maritime, le Pays souhaite développer le secteur “recherche et développement” en matière navale, dans l’espoir notamment d’aboutir à des navires plus économes et moins polluants.

  • Miser sur la réparation navale

    La réparation navale est un secteur encore relativement peu développé. Le schéma d’archipel prévoit un soutien au projet de pôle polynésien, car les îles du Vent ont une compétence industrielle reconnue. La flotte de thoniers, grands yachts ou paquebots frappant leurs amarres à quai à Papeete est de plus en plus importante. Or il n’y a pas d’autre bassin de radoub à moins de 4 000 km de Tahiti.

  • Protéger le littoral

    En dehors de Maiao et Tetiaroa, les îles du Vent sont caractérisées par des littoraux très urbanisés. Selon le projet Resccue, celui de Moorea est artificialisé à 47 % et près de la moitié de son trait de côte est formé de remblais, murs, enrochements et pontons. Le schéma d’aménagement propose de “freiner, voire de stopper” la réalisation de ce type d’ouvrages de défense.

  • Temae présente des opportunités

    Moorea-Maiao pourrait disposer, si son aérodrome est déclassé, d’une importante réserve foncière de plus de 34 hectares à Temae pour y ré-aliser une nouvelle centralité, dans le cadre d’un éco-quartier urbain d’envergure, permettant de relier le quartier du front de mer avec la route de ceinture. Le site s’étend entre un lac et une plage publique, il est plat, proche de la gare maritime et surtout il est entièrement maîtri-sé par le Pays.

  • Important effort sur le logement

    Le “plan 3 000 logements” du gouvernement ciblera particulièrement les îles du Vent, où les besoins en logements sociaux sont les plus pressants. Pour augmenter sa programmation, l’Office polynésien de l’habitat (OPH) rachètera des clés auprès des promoteurs proposant des logements en vente en état futur d’achèvement (VEFA). Selon le Pays, environ 600 logements sociaux et très sociaux supplémentaires devraient être construits d’ici 2020, en priorité dans l’archipel.

  • Fédérer les acteurs du numérique

    Le schéma d’aménagement préconise le développement, à Tahiti, d’un pôle numérique fédérant l’ensemble de la filière digitale : étudiants du studio Poly 3D, chercheurs, formateurs, startup et entreprises polynésiennes. Il recommande leur regroupement au sein d’un même bâtiment, relié au réseau internet à haut débit.

1 2

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous que la visite de la ministre de la Justice au fenua pourrait régler le problème foncier ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete