Habillage fond de site

PADD – Rangiroa, future “capitale” des Tuamotu de l’Ouest ?

mardi 26 mars 2019

1DG Sage Tuams

Rangiroa a été choisi comme nouvel aéroport de déroutage pour les compagnies aériennes, qui jusqu’alors devaient emporter suffisamment de carburant pour pouvoir rejoindre Rarotonga. Il faudra agrandir la piste et son aire de stationnement. (Photo : archives La Dépêche)


Le Pays présente aux élus le Projet d’aménagement et de développement durable (PADD) qui traduit sa vision pour les 20 ans à venir.
Un scénario global se construit à l’échelle du pays, mais également de manière détaillée par chacun des cinq archipels.
Les îles dispersées des Tuamotu-Gambier posent des problématiques spécifiques. Rangiroa devrait devenir le pôle des atolls de l’Ouest.

 

“Notre volonté est d’inverser le flux migratoire des îles vers Papeete.” Le ministre de l’Aménagement du territoire, Jean-Christophe Bouissou, évoquait hier matin, au côté d’Édouard Fritch, à la présidence, les problématiques des Tuamotu-Gambier, dans le cadre de la présentation aux élus du Projet d’aménagement et de développement durable (PADD). On notait la présence de représentants des communes de Takaroa, Fakarava, Manihi, Rikitea, Hao, Puka Puka ou encore Rangiroa.
Lancées en 2016, les études pour la réalisation du Schéma d’aménagement général (Sage) sont en effet désormais en phase de construction de projet de territoire, qui doit traduire la vision du gouvernement et des élus locaux pour les 20 prochaines années.
L’exécutif souhaite mieux positionner la Polynésie française dans son environnement régional, en développant notamment les liaisons aériennes et portuaires internationales. Il entend favoriser un “développement équilibré” des archipels, fondé sur leurs spécificités autour de véritables “capitales d’archipels”. Selon le Pays, les Tuamotu-Gambier compteront deux capitales : Rangiroa, pour le groupe de l’Ouest et Hao pour les groupes du centre, de l’Est et des Gambier.
Le gouvernement prévoit de réaménager l’aéroport de Rangiroa afin de permettre aux avions gros porteurs venant de Chine, du Japon, du Pacifique, d’Europe et d’Amérique du Nord de s’y poser au cas où Tahiti-Faa’a devait être temporairement fermé. Cette plateforme aura aussi un bénéfice économique direct pour les compagnies car leurs avions ne seront plus tenus d’emporter une réserve de carburant supplémentaire pour pouvoir se détourner sur Rarotonga, aux îles Cook.

 

Développer l’économie bleue

 

L’archipel des Tuamotu-Gambier est le seul à avoir vu sa population stagner, ces dernières années. Deux grands projets changeront fortement sa situation, analyse le schéma d’archipel : la relance de l’exploitation du phosphate de Makatea et l’élevage de poissons de lagons à Hao.
Selon le Pays, Hao et Rangiroa “bénéficieront de rotations maritimes et aériennes renforcées” et “accueilleront la majeure partie de la croissance urbaine à l’horizon 2040”.
Pour relier ces deux pôles avec les îles secondaires les plus peuplées jusqu’à Mangareva, une ligne aérienne intra-archipel devrait être mise en place “pour limiter les transits longs et coûteux par Tahiti”. Et un effort sera porté sur les équipements structurants : lycée professionnel de la mer, collèges, dispensaires, équipements culturels, etc.
En dehors de l’aquaculture, la pêche, la perliculture et le tourisme balnéaire resteront des leviers essentiels pour le développement de l’économie bleue. Le Pays fait le pari que la plaisance et la croisière poursuivront leur croissance grâce à des aménagements destinés à améliorer l’accueil des visiteurs.
Selon Tearii Alpha, l’agriculture cherchera à sortir de la monoproduction de coprah en produisant de l’huile vierge de coco et en valorisant mieux le bois de cocotier. L’idée est également de diversifier les cultures de fleurs, légumes et fruits et de développer l’apiculture.
Afin d’accroître leur autonomie énergétique, les communes poursuivront leur effort d’équipement en centrales hybrides, “d’abord grâce au solaire photovoltaïque et à l’éolien”, puis à l’hydrolien.
Enfin, le Pays souhaite que les déchets ménagers et les déchets verts soient mieux collectés et triés : il s’engage à expérimenter des solutions de traitement locales pour les valoriser ou les éliminer.

Damien Grivois

 

padd

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete