Palau – L’archipel fait face à un afflux de visiteurs peu respectueux

    lundi 16 mars 2015

    Sanglés dans leur gilet de sauvetage et hurlant de joie, des touristes chinois se jettent depuis un hors-bord dans l’eau turquoise de « Milky Way », célèbre lagon des Palaos (ou Palau en anglais). Dans ces îles paradisiaques de Micronésie, ce sont désormais eux les rois du pétrole.
    Ayant prospéré dans l’informatique, Du Chuang s’est offert le voyage en famille dans ce joyau océanien. Tout sourire, l’homme de 46 ans fait défiler sur son smartphone la vidéo qu’il vient de réaliser depuis un hélicoptère survolant les « 70 îles », patrimoine mondial de l’Unesco. « Les coraux ici sont bien plus beaux qu’à Sanya », dit-il, en référence à la grande station balnéaire de l’île tropicale chinoise de Hainan.
    Même constat de Jia Yixin, Shanghaïenne trentenaire qui, en surfant sur Internet, a sauté sur une offre de six jours aux Palaos pour 1 000 euros (120 000 F). « Cet endroit ressemble au paradis », juge-t-elle. « Tandis qu’à Shanghai, l’air est pollué. »
    Pourtant, aux Palaos, tout le monde ne se frotte pas les mains face à la manne chinoise. Des professionnels dénoncent un système en « vase clos » – hôtels, restaurants, tour-opérateurs et guides, tous chinois – qui exclue les entreprises locales. Anna Li et sa fille ont ainsi quitté le nord-est de la Chine pour travailler ici comme serveuses, avec un salaire mensuel de 450 dollars US (51 000 F).
     
    Masse. Les Palaos ont une capacité hôtelière limitée : 1 600 chambres. Or, certains établissements dédiés à la clientèle chinoise affichent complet sur des mois, compliquant le logement des autres visiteurs.
    Peu sensibilisés à l’écologie, les Chinois sont aussi critiqués pour être bruyants et irrespectueux de l’environnement. « Ils brisent les coraux, jettent leurs déchets en mer », s’irrite Norman, un chauffeur de taxi. Des reproches entendus chez de nombreux Palaois. Un tour-opérateur chinois, bizarrement nommé « Yellow skin tour » (« Excursions peau jaune »), a affiché dans un prospectus des photos de touristes brandissant fièrement une tortue prélevée sur un récif corallien…
    Officiellement, les autorités affirment que les touristes chinois sont les bienvenus, mais plusieurs responsables s’inquiètent de leur surnombre (lire « le chiffre »). « Nous sommes un très petit pays. Nous disposons de ressources limitées. Alors, ce brusque afflux est pour nous une grande inconnue. Nous n’avons jamais promu le tourisme de masse », admet Nanae Singeo, directrice de la Palau visitors authority.
     
    Irresponsable. Le gouvernement tente de faire machine arrière. Il a notifié à des compagnies aériennes opérant depuis Hong Kong et Macao de restreindre leurs vols charters, à partir du 15 avril, a rapporté le journal Tia Belau. Il serait « irresponsable » de continuer à ce rythme, a commenté le président, Tommy Remengesau, en ajoutant : « Voulons-nous contrôler la croissance ou bien que la croissance prenne notre contrôle ? »
    Le défi écologique des Palaos s’illustre au Jellyfish lake, site unique au monde où l’on se baigne au milieu de méduses orangées inoffensives. Pour admirer cette féerie, il est recommandé de se laisser flotter immobile, à la surface. Mais, souvent, les Chinois ne savent pas nager. Agrippés à des bouées, ils battent frénétiquement les flots. On leur reproche de tuer de nombreuses méduses. Des groupes y défilent, un de Pékin succédant à un autre de Nanning, lui-même précédant un groupe de Taiwan…
     
    AFP
     

    tom 2015-03-29 06:46:00
    MEFIEZ VOUS SES CHINOIS QUI VIENNE CHEZ VOUS VERSE' DES MILLION D'EURO POUR APPATER LE GOUVERNEMENT ET LA POPULATION ,,
    ILS SONT TELLEMENT PROFITE' DES PAYS DE L'AFRIQUE POUR ACHETER LEUR AMES ,,,,,

    TOUS LES HABITANTS DU PACIFIQUE DU SUD MEFIEZ VOUS DE SES MAFIAS CHINOISES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!:!!
    lebororo 2015-03-16 13:04:00
    C'est vrai, il faut respecter la nature...
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete