Habillage fond de site

Papara – Hiva Hauata propose la mise en place de caméras de surveillance

mardi 18 juin 2019

Hiva Hauata nous montre cet endroit à Papara où un jeune a perdu la vie, renversé par un chauffard. (© Charles Taataroa)

Hiva Hauata nous montre cet endroit à Papara où un jeune a perdu la vie, renversé par un chauffard. (© Charles Taataroa)


Hiva Hauata, un administré de Papara est excédé face à la montée en puissance des accidents sur nos routes. Il estime qu’il est temps d’agir pour arrêter cet hécatombe. Il lance aujourd’hui un appel aux pouvoirs publics, État, Pays et communes, pour mettre en place une table ronde et trouver rapidement des solutions.

Hiva Hauata est aujourd’hui à la retraite. Il est mécanicien de métier et continue toujours à exercer son activité face à la demande. Il est spécialisé dans la restauration des Jeep Renegade, ces fameux 4×4 américains que beaucoup de passionnés possèdent comme un véritable bijou de collection.

De 2008 à 2014, il faisait par- tie de l’équipe communale de l’ancien maire de Papara, Bruno Sandras. C’est un fer- vent passionné de politique et il est très sensible aussi à la question de la sécurité routière. Depuis 2009, il n’a pas arrêté d’interpeller les pouvoirs publics, Pays et État, sur ce sujet qui lui tient à cœur, en leur faisant parve- nir des courriers pour tenter d’éradiquer le nombre d’accidents mortels sur nos routes.

À Papara, il réside à hauteur du PK 30,3 en face de la source d’eau Pape Mato et admet que le nombre d’accidents, ces dernières années, ne cesse d’augmenter sur nos routes en général, sans que des solutions ne soient trouvées pour enrayer cette hécatombe.

 

Il faut agir

 

Aujourd’hui, il estime que les pouvoirs publics se sentent désarmés face à ce fléau et déplore que les victimes sur la route sont très souvent les jeunes. Il reconnaît que les forces de gendarmerie ont multiplié ces dernières années les cam- pagnes de prévention pour qu’il y ait une prise de conscience générale au niveau des usagers de la route, mais estime qu’il est temps d’agir pour arrêter l’hémorragie.

Il propose donc la mise en place de caméras de surveillance sur nos routes, plus particulièrement dans les zones où le taux d’accidents est élevé.

“On ne peut plus continuer dans cette situation. La mise en place de caméras est une proposition. Maintenant, il appartient aux pouvoirs publics de prendre des dispositions pour arrêter ce mas- sacre sur nos routes”, explique Hiva Hauata.

Il souhaiterait qu’État, Pays et communes se penchent sérieusement sur la question en organisant une table ronde à la mairie de Papara.

Pourquoi à Papara ? Tout simplement parce que la commune aurait enregistré, selon ses dires, le plus grand nombre d’accidents mortels de la route ces dernières années. Hiva Hauata a fait parvenir plusieurs courriers aux instances du Pays et de l’État pour faire bouger les choses. En 2009, un de ses courriers relatait la dangerosité de la route située peu avant la source d’eau Pape Mato à Papara. “Je réclamais aux instances du Pays la mise en place d’une ligne continue sur cette portion de route, reprend l’administré. Il a fallu attendre 2013 pour obtenir gain de cause. Il y a eu plu- sieurs accidents mortels sur cette portion de route. Et pour cause, on est sur une ligne droite et les voitures doublent à chaque fois en arrivant dans cette zone bien que quelques mètres plus loin, il y a un virage.”

Hiva Hauata faisait également partie du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) de 2008 à 2014 à Papara. Il est pour la mise en place d’un couvre-feu interdisant les mineurs de sortir de leur foyer familial au delà de 22 heures. Il reconnaît que cela relève de l’autorité parentale, mais pense que les familles sont désarmées.

“Si personne ne veut faire quelque chose pour éviter que nos jeunes trainent sur la route à des heures impossibles pour éviter des problématiques, notamment liées aux accidents de la route et autres, il faut bien que quelqu’un fasse quelque chose. C’est pour cette raison que je proposais la mise en place d’un couvre-feu à Papara. On a bien vu ce qui s’est passé il y a quelques semaines à Paea, où un jeune mineur a été renversé par un chauffard.” Hiva Hauata pointe du doigt aussi les vélos qui roulent à contre-sens sur nos routes. “La aussi, il faut faire quelque chose. Combien de jeunes ont perdu la vie face à cette inconscience ? Aujourd’hui, il est temps de mettre de l’ordre dans tout ça. Il faut qu’il y ait réellement une prise de conscience collective.”

À chaque fois que les médias relatent un accident mortel sur nos routes, le cœur de Hiva augmente de fréquence. Il ne supporte plus cette situation. C’est pour cette raison qu’il lance un appel au secours aux autorités.

 

C.T.

 

hiva hauata

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous que la visite de la ministre de la Justice au fenua pourrait régler le problème foncier ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete