Papeari – Chantier du bassin hydroélectrique : une véritable opération chirurgicale

    mardi 9 juin 2015

    Le barrage hydroélectrique de la Titaaviri 2 est situé à Papeari, dans la commune de Teva i Uta, à hauteur du PK 53. Depuis quelques semaines, la société Marama Nui, qui assure son entretien, a lancé d’importants travaux. 
    Tout d’abord, il a fallu assécher le bassin, dévier l’eau pour continuer à alimenter la centrale et enfin poursuivre normalement la production. Et pour cause, à 78 mètres sous le barrage, une déformation a été localisée sur la conduite de vidange qui fait 127 mètres de long. Ce problème a été décelé en 2012, lors d’une inspection de routine. 

    Concevoir un robot

    C’est la deuxième fois que la société Marama Nui est confrontée à ce genre de difficulté. Il y a cinq ans, elle était intervenue pour la même chose sur le barrage de la Faatautia à Hitia’a, mais avec une autre technologie.
    Cette fois-ci, il s’agirait d’une première mondiale, et ce pour de multiples raisons. D’abord parce que la société allemande qui avait opéré sur le barrage de la Faatautia n’a pas été en mesure de répondre une seconde fois à la demande de la société Marama Nui. En effet, elle n’a pas le matériel nécessaire pour réaliser ce type de travaux. 
    C’est pourquoi Marama Nui a fait développer, en Nouvelle-Zélande, un robot spécialement prévu pour relever le défi. Celui-ci peut pousser jusqu’à 300 tonnes. Il a été installé samedi dernier dans la conduite de vidange de la Titaaviri 2. 
    Grâce à un système de télécommande à distance, cette conduite a été remise en forme. Ce qui a permis ensuite de mettre en sécurité les personnels intervenant sur le chantier, avant d’installer des cylindres d’acier appelés sleeves. 
    Cette opération a démarré hier. Ces cylindres, qui font un mètre de long chacun, seront assemblés puis soudés, ce qui permettra de fabriquer une conduite forcée à l’intérieur du barrage. 
    Selon les prévisions, les travaux seront bouclés d’ici jeudi. Mais tout dépendra des conditions météorologiques. Ces travaux sont extrêmement compliqués parce qu’il n’y a pas d’énergie sur place, donc il a fallu ramener un groupe électrogène et des pompes à eau pour maintenir le chantier au sec, condition inéluctable pour pouvoir y travailler. 
    D’autre part, il faut des engins lourds et surtout un personnel qualifié. Toutes les entreprises qui travaillent actuellement sur le chantier sont de Teva i Uta et de la Presqu’île. Il aura fallu attendre près de trois ans pour réunir tout ce qu’il faut en termes de matériel et de personnels, afin de pouvoir lancer les travaux. 

    C.T.

    Lire l’intégralité de l’article dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete