Papeete, mauvais élève en matière de déchets

    mercredi 22 juin 2016

     

    Le tri des déchets recyclables n’intervenant qu’une fois par semaine, beaucoup d’entreprises et d’administrés déposent  leurs surplus directement sur la route. (Crédit Elénore Pelletier)

    Le tri des déchets recyclables n’intervenant qu’une fois par semaine, beaucoup d’entreprises et d’administrés déposent
    leurs surplus directement sur la route. (Crédit Elénore Pelletier)

    En matière de tri des déchets, Papeete fait figure de mauvais élève. En effet, lors de la dernière cérémonie des Tortues d’or, organisée par le syndicat mixte spécialiste du tri en Polynésie française Fenua ma, Papeete est arrivé en 8e position, loin derrière Arue, Punaauia ou Mahina.
    La capitale génère énormément de déchets recyclables, mais seuls 23,5 % d’entre eux sont collectés. Le reste, faute de tri, se retrouve mélangé aux autres déchets ménagers. Pourquoi la commune a-t-elle autant de mal à faire entrer le tri dans les mœurs ?   

     

    Ce qu’en dit Fenua Ma

    Si la commune de Papeete compte un peu moins de 26 000 habitants, elle accueille tous les jours entre 80 000 et 100 000 visiteurs, essentiellement des travailleurs. Pour Fenua ma, ce ne sont pas véritablement les administrés de la capitale qui sont en cause dans ce mauvais tri des déchets, mais toutes les administrations et entreprises qui ne jouent pas le jeu.

    “Le centre-ville est très commerçant, entouré d’administrations, de sociétés. Ils génèrent tous beaucoup de déchets. Il faut savoir qu’un employé de bureau produit par an un gisement de 100 kilos de déchets (tous déchets confondus) sur son lieu de travail. Et pour 90 % de ces déchets, ce sont du carton et du papier”, explique Benoît Layrle, directeur de Fenua ma.  

    Il y a donc un gisement de déchets recyclables facile à capter. Mais c’est du côté de la logistique que tout se complique. “Tout d’abord, il y a des bureaux qui ne font pas le tri. Ensuite, pour ceux qui font le tri, il n’y a pas forcément suffisamment de bacs verts mis à leur disposition, car il n’y a pas toujours suffisamment de place pour les entreposer à l’extérieur. La commune préfère faire des parkings ou des aménagements urbains, plutôt que des emplacements pour les poubelles”, raconte Benoît Layrle.
    Selon le syndicat, il y a également un problème de fréquence de collecte. Une seule par semaine pour tous les professionnels. “Pour certains, c’est une collecte journalière des bacs verts qu’il leur faudrait, mais la commune n’a pas les moyens de financer cela”, ajoute-t-il.

     

     

    Ce qu’en dit la mairie

    “Papeete aura du mal à décrocher un jour la Tortue d’or. La population, comme les professionnels, ne prend pas le tri au sérieux. Ils s’en foutent un peu”, se lamente Steven Colombani, directeur du bureau de la propreté urbaine.

    Selon lui, seuls 50 % de la population font le tri. “Mais dès qu’on approche les petits quartiers où l’on trouve des logements sociaux, les gens ont du mal à suivre”, explique-t-il. Le tri est mal ou pas fait, et les bacs verts sont retrouvés souillés. Deux agents communaux tournent dans les quartiers pour inciter les gens à trier. Mais cela n’est pas suffisant. “Il faudrait mener une grande campagne de sensibilisation auprès des administrés, avec plus d’agents. Mais vu les budgets qui nous sont alloués, on est limité”, ajoute-t-il.

    Si la commune est bien consciente qu’augmenter la fréquence de collecte des déchets recyclables serait une bonne chose pour les commerces, bars, restaurants de la place, elle souligne toutefois que l’opération est trop coûteuse.

    Quant à la mise en place de poubelles de tri, dans la rue, pour les piétons ? “Cela est inenvisageable, faute de moyens, mais aussi parce que les piétons ne vont pas s’amuser à trier”, explique Steven Colombani.

     

    Ce qu’en disent les commerçants et les restaurateurs

    Du côté des commerçants, chaque jour, le camion plateau de balayage qui s’occupe de maintenir propre le centre-ville, récupère cartons et plastiques qu’ils déposent en bord de route. Ceux-ci sont ensuite amenés au centre de tri, où ils sont assimilés “déchets recyclables”.

    Mais un autre problème se pose : de nombreux commerçants ne prennent pas la peine de sortir leurs bacs verts ou gris, qu’ils trouvent encombrants. Ils préfèrent déposer l’intégralité de leurs ordures sur le bas-côté, comptant sur les services de la commune pour les récupérer chaque jour. Cela désole la mairie, qui assure avoir équipé chaque enseigne et qui préférerait que l’usage des bacs soit respecté pour éviter que les sacs-poubelle soient éventrés par des vandales ou des chiens errants.

    Ce sont les restaurateurs et les bars qui ont le plus de mal à se plier au tri des déchets. “Je ne fais plus le tri, c’est fini. Un jour par semaine pour les déchets recyclables, ce n’est pas assez. J’ai appelé la mairie plein de fois pour qu’on vienne récupérer mes surplus, mais personne n’est jamais venu. Alors, tant pis, tout part dans le bac gris”, s’époumone le gérant d’un snack.

    Même réaction, dans les petits restaurants de la rue voisine. “D’autant plus que, lorsque l’on sort la poubelle verte, les passants jettent ce qu’ils veulent dedans, sans regarder la couleur du bac. Bref, ça ne sert à rien”, insiste l’un d’eux.

     

    Ce qu’en dit une société de nettoyage

    Celle-ci assure que les entreprises privées sont très nombreuses à faire le tri.

    “Il y a deux poubelles sous les bureaux. On dissocie les déchets lors du prélèvement des poubelles et on les met dans les containers adéquats”, explique-t-il. Il y aurait même des entreprises qui pénaliseraient les employés qui ne sont pas consciencieux. “Si le tri n’est pas respecté, on nous demande de ne pas ramasser”.
    Les sociétés de nettoyage se plient aux exigences des entreprises qui les sollicitent. “Nous, on n’est pas payé pour faire le tri. S’il n’y a qu’une poubelle par employé, tout va partir dans la poubelle grise par défaut”, explique-t-elle.

    Pour elle, les mauvais élèves sont du côté des administrations.

     

    Elénore Pelletier

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete