Habillage fond de site

PAPEETE – Projet de rénovation urbaine

jeudi 25 avril 2019

Deux quartiers ont été jugés prioritaires dans le projet de rénovation urbaine de Papeete, à savoir Mama’o vallon et Manuhoe. Photo : Christophe Cozette

Deux quartiers ont été jugés prioritaires dans le projet de rénovation urbaine de Papeete, à savoir Mama’o vallon et Manuhoe. (Photo : Christophe Cozette)


Le premier comité de pilotage du projet de rénovation urbaine de Papeete s’est tenu hier. Celui-ci a défini deux quartiers prioritaires : Mama’o vallon et Manuhoe. Accessibilité, aménagement et attractivité de ces quartiers sont au coeur des réflexions.

Après Punaauia, Mahina et Pirae (lire notre édition d’hier), c’était au tour de Papeete, hier après-midi, de tenir son premier comité de pilotage (Copil) du projet de rénovation urbaine (PRU), en présence du maire Michel Buillard, mais aussi de Jean-Christophe Bouissou, ministre de l’Aménagement du territoire, et des services de l’État et du Pays. Deux quartiers ont été jugés prioritaires dans ce PRU, à savoir Mama’o vallon et Manuhoe.

Ce Copil communal de la capitale polynésienne revêt une importance toute particulière puisque Papeete est la “vitrine de la Polynésie”, notamment pour les croisiéristes, arrivés en masse hier avec le Ovation of the Seas, un paquebot titanesque de près de 5 000 touristes (et 1 500 hommes d’équipage), provoquant, comme à l’accoutumée, des ralentissements au niveau de la circulation sur le front de mer.

Mais alors que de nombreux automobilistes se sont plaints sur les réseaux sociaux, Jean-Christophe Bouissou a promis, dans le futur, des passerelles “pour enjamber” le boulevard Pomare. Et contrairement à la rumeur persistante que les croisiéristes dépensent peu ou pas, le maire a précisé, après avoir sondé le marché de Papeete, “que les Australiens sont de bons clients”, et ces derniers semblaient nombreux sur ce géant des mers.

Mais les priorités de ce PRU n’ont rien de touristiques et celui-ci se consacre donc à deux quartiers prioritaires de Papeete, à savoir Mama’o vallon et Manuhoe, contrairement à Pirae qui va se pencher sur six quartiers, tous situés dans la vallée de Nahoata, la plus peuplée de cette commune voisine de Papeete. “Ce sont des projets relativement modestes”, a commenté Michel Buillard.

L’idée motrice est de relancer l’attractivité et le rayonnement de ces quartiers, de repenser l’aménagement urbain et les espaces publics (principalement pour Mama’o vallon), selon le foncier disponible, évidemment. Pour ce quartier, plutôt insalubre, la volonté est là de pouvoir reloger les familles par souche (soit 230 personnes environ), tout en leur facilitant l’accession à la propriété, tout en définissant avec ces dernières les projets immobiliers avec, par exemple, un foyer familial, entouré de petits immeubles pour loger les dernières générations. Il serait également possible de penser à l’auto-construction, comme on sait si bien le faire au fenua.

 

Trame verte et bleue

 

La volonté est là, via ce PRU, de résorber l’insalubrité de ces quartiers, de proposer un renouvellement de l’offre immobilière – on parle d’habitats doux – et d’augmenter l’attractivité résidentielle de Papeete, qui a vu sa population augmenter de 1 500 personnes entre deux recensements, comme l’a rappelé le premier édile de la commune.

Pour Manuhoe, c’est surtout l’accessibilité de ce quartier qui va être repensée, avec des voies élargies, pour un accès plus facile, dans les deux sens, au centre-ville.

Pour ce quartier, le souhait également est de garantir une offre de commerce de proximité mais aussi de développer l’activité économique, qui pourrait prendre forme avec la création d’ateliers-relais, à vocations artisanale et culturelle, par exemple. Tout en conservant l’ambiance de ces quartiers, indispensable selon le maire qui regrette “qu’on n’ait pas encore relié Mama’o au centre ville”, ces futurs aménagements concertés devraient être conçus autour d’une trame verte et d’une trame bleue.

Bleue pour relier les quartiers au front de mer, en remettant la présence de l’eau dans l’espace public avec des fontaines par exemple, et verte pour l’aménagement de placettes, la végétalisation des parcs existants, voire la création de nouveaux espaces verts, si du foncier est disponible.

Le moteur de ces PRU est la concertation entre tous les acteurs du Pays et de l’État, populations comprises, afin de définir une urbanisation optimisée et globale, même en l’absence de schéma de mobilité urbaine (SMU), maintes fois pensé mais jamais réalisé, au grand regret de Michel Buillard, mais les grandes lignes (directrices) de ces futurs quartiers sont déjà noir sur blanc. “Tout est tracé, il n’y a plus qu’à”, a conclu le maire, hier après-midi. Mais attention, le “yakafokon” reste parfois lettre morte.

 

Christophe Cozette

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous que la visite de la ministre de la Justice au fenua pourrait régler le problème foncier ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete